Sports
URL courte
227
S'abonner

L’UEFA a ouvert une procédure disciplinaire contre l'Olympique lyonnais pour «comportement raciste» et «jet d'objets et utilisation d'engins pyrotechniques», après la rencontre d'Europa League perdue contre le CSKA Moscou. Or, il ne s’agit pas d’un incident isolé.

«Jet d'objets et utilisation d'engins pyrotechniques», «perturbations de la foule», «escaliers bloqués» et, plus grave, «comportement raciste»: selon une source interne à l'UEFA citée par le quotidien L'Equipe, sont reprochées au public de l'Olympique lyonnais la présence de symboles nazis dans le stade, des salutations nazies et l'agression d'un supporter de couleur.

En marge du match contre le CSKA Moscou jeudi, une rencontre qui s'est soldée par l'élimination de l'OL de l'Europa League (1-0, 2-3), au moins 8 policiers ont été blessés. 100 à 150 supporters encagoulés s'en étaient pris à un équipage de la BAC, selon la police qui déplorait huit blessés parmi les forces de l'ordre. Il y a eu trois interpellations, estime la préfecture.

Le dossier ne sera étudié par l'instance disciplinaire de l'UEFA que le 31 mai, et fait planer sur la tête de l'OL une lourde épée de Damoclès.

En avril dernier, le club avait en effet déjà été condamné à une exclusion de toute compétition européenne avec sursis — avec période probatoire de deux ans — à la suite de graves débordements survenus en amont du match d'Europa League contre Besiktas disputé en avril 2017 au Groupama Stadium (à l'époque nommé Parc OL).

La rencontre, comptant pour les quarts de finale de l'Europa League, avait débuté avec trois-quarts d'heure de retard en raison de l'envahissement de la pelouse par des dizaines de supporters lyonnais du virage Sud. Des affrontements avaient en outre débuté aux abords du stade deux heures avant la rencontre entre fans des deux équipes, et des bagarres avaient ensuite éclaté dans les tribunes.

Ces incidents posent en tous cas la question de la sécurité lors de la finale de l'Europa League, qui se tiendra dans ce même Groupama Stadium le 16 mai. Le stade construit dans la perspective de l'Euro 2016 avait toutefois accueilli plusieurs matches de la compétition continentale, sans que s'y produise d'incident notable.

Lire aussi:

Il braque un bar-tabac dans l'Oise puis entame une carrière de gendarme en Turquie
Lalanne risque cinq ans de prison pour son appel à l’armée visant à destituer Macron
«Le jour de son agression, Yuriy avait un tournevis dans sa poche», selon BFM TV
Tags:
racisme, football, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook