Ecoutez Radio Sputnik
    Supporteur de l'Angleterre

    Mondial 2018: Londres se limitera au «boycott diplomatique» pour ne pas décevoir les fans

    © Sputnik . Vitaliy Belousov
    Sports
    URL courte
    Mondial 2018 (185)
    24318

    L’équipe d’Angleterre de football prendra bien part aux matchs du Mondial 2018 qui aura lieu en Russie pour ne pas vexer les supporters, selon le chef du Foreign Office.

    Le chef de la diplomatie britannique Boris Johnson a promis que le boycott diplomatique de la Coupe du Monde de football en Russie n'aurait pas d'effet sur la participation de la sélection anglaise à l'événement.

    «La sélection anglaise ne compte pas boycotter le Mondial», a fait savoir M.Johnson intervenant devant les membres du Parlement britannique.

    Il a également rappelé que la décision de participer ou non à la Coupe du Monde relève de la Fédération anglaise de football et non du gouvernement qui ne veut pas pénaliser les supporters.

    Précédemment, en réaction à la tentative d'assassinat à Salisbury de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia imputée par Londres à Moscou, la Première ministre britannique Theresa May avait annoncé un boycott de la prochaine Coupe du Monde de football en Russie par les membres du gouvernement et de la famille royale britannique.

    Dans le même temps, le ministère britannique des Affaires étrangères a mis en garde les Britanniques souhaitant se rendre en Russie des risques de «réactions hostiles».

    Le chef du Comité d'organisation du Mondial 2018 Alexeï Sorokine a par la suite assuré que cette décision de Londres n'aurait pas d'impact sur la compétition.

    Dossier:
    Mondial 2018 (185)

    Lire aussi:

    Coupe du Monde 2018: la France ne boycottera pas le Mondial russe
    La Coupe du Monde 2018 n’est pas les JO de Berlin 1936… et son boycott fait un bide
    Mondial en Russie: Londres voulait un boycott occidental mais a échoué
    Tags:
    empoisonnement, football, compétition, boycott, Mondial 2018, Theresa May, Boris Johnson, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik