Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau de la Serbie

    Comme il était à prévoir, les karatékas kosovars n’iront pas en Serbie

    © AFP 2018 Andrej Isakovic
    Sports
    URL courte
    2222

    Alors que le Kosovo a autoproclamé son indépendance de la Serbie il y a plus de dix ans, sans faire l’unanimité dans la communauté internationale et sans l’aval de Belgrade, les autorités serbes n’ont pas laissé la sélection kosovare de karaté entrer dans le pays pour participer à une compétition sportive pour ne pas «promouvoir le séparatisme».

    Vu le climat politique tendu entre Belgrade et Pristina et la non-reconnaissance de cette dernière par la Serbie, les autorités serbes n'ont pas admis les karatékas kosovars à une compétition se déroulant sur son territoire.

    «En dépit de notre volonté d'être de bons hôtes pour les participants au championnat d'Europe de karaté, les sportifs du Kosovo ne feront pas partie de la compétition», a fait savoir le bureau serbe chargé du Kosovo au sein du gouvernement serbe, cité par l'AFP.

    La fédération serbe de karaté a cependant expliqué que «toute hésitation à ce sujet signifierait de nous demander de choisir entre la Constitution, la loi (…), et la volonté de certains de promouvoir le séparatisme».

    Le Kosovo a déclaré unilatéralement son indépendance en 2008 mais reste serbe selon le droit international (résolution 1244 de l'Onu), même si un certain nombre de pays, et en premier lieu États-Unis et leurs alliés, ont décidé d'accorder leur reconnaissance à cette république autoproclamée.

    Ce statut n'est cependant pas reconnu par 35 pays, dont la Russie et la Chine, ainsi que par cinq pays de l'UE: l'Espagne, Chypre, la Grèce, la Roumanie et la Slovaquie.

     

    Lire aussi:

    Anniversaire du Kosovo: confettis et lacrymo
    «La division du Kosovo provoquera une réaction en chaîne»
    Vers une adhésion du Kosovo à l’Onu? Un ancien ministre yougoslave se montre sceptique
    Tags:
    karaté, sport, Kosovo, Serbie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik