Ecoutez Radio Sputnik
    Serena Williams

    Serena Williams insulte un arbitre et promet de combattre les inégalités homme-femme

    © REUTERS / Danielle Parhizkaran-USA TODAY SPORTS
    Sports
    URL courte
    37829
    S'abonner

    Mise en rage par les pénalités infligées par un arbitre zélé lors de la finale de l’US Open l’opposant à Naomi Osaka, Serena Williams a accusé celui-ci de s’attaquer à sa personne, pour finalement s’incliner en deux sets.

    L'Américaine Serena Williams a été sanctionnée d'un jeu de pénalité après avoir traité l'arbitre Carlos Ramos de «voleur» lors de la finale dames de l'US Open, relatent les médias.

    ​Mme Williams a perdu le contrôle de ses nerfs en contestant une décision de l'arbitre, qui lui a donné un point de pénalité suite à un deuxième avertissement. La première fois, la joueuse avait reçu un avertissement pour des échanges avec son coach en début de deuxième set, puis a cassé sa raquette alors que le score était de 4 à 3 pour la Japonaise. Mme Williams, qui a écopé d'un nouvel avertissement et d'un point de pénalité, a alors traité l'arbitre de «voleur».

    «Vous attaquez ma personne. Vous n'arbitrerez plus jamais un de mes matches», a lancé la sportive. Carlos Ramos a réagi en lui infligeant un jeu de pénalité. De 4-3, le 2e set est passé à 5-3 en faveur de la Japonaise. La finale entre Serena Williams et Naomi Osaka a finalement été remportée par cette dernière, sur un score de 6-2, 6-4.

    Mais l'Américaine a vu dans l'attitude de l'arbitre envers elle une forme de discrimination, déclarant: «Il y a beaucoup de [joueurs] hommes ici qui ont dit des choses bien pires que ça et vous n'avez rien fait.»

    Lire aussi:

    Un chien se lance dans une bataille mortelle contre des loups pour sauver son ami – vidéo choc
    Une femme enceinte affronte un «énorme» aigle qui attaque son chien
    Un requin tente de pénétrer dans une cage de plongeurs et trouve la mort – vidéo
    Tags:
    scandale, tennis, Carlos Ramos, Serena Williams, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik