Ecoutez Radio Sputnik
    Serena Williams

    Serena Williams insulte un arbitre et promet de combattre les inégalités homme-femme

    © REUTERS / Danielle Parhizkaran-USA TODAY SPORTS
    Sports
    URL courte
    37829

    Mise en rage par les pénalités infligées par un arbitre zélé lors de la finale de l’US Open l’opposant à Naomi Osaka, Serena Williams a accusé celui-ci de s’attaquer à sa personne, pour finalement s’incliner en deux sets.

    L'Américaine Serena Williams a été sanctionnée d'un jeu de pénalité après avoir traité l'arbitre Carlos Ramos de «voleur» lors de la finale dames de l'US Open, relatent les médias.

    ​Mme Williams a perdu le contrôle de ses nerfs en contestant une décision de l'arbitre, qui lui a donné un point de pénalité suite à un deuxième avertissement. La première fois, la joueuse avait reçu un avertissement pour des échanges avec son coach en début de deuxième set, puis a cassé sa raquette alors que le score était de 4 à 3 pour la Japonaise. Mme Williams, qui a écopé d'un nouvel avertissement et d'un point de pénalité, a alors traité l'arbitre de «voleur».

    «Vous attaquez ma personne. Vous n'arbitrerez plus jamais un de mes matches», a lancé la sportive. Carlos Ramos a réagi en lui infligeant un jeu de pénalité. De 4-3, le 2e set est passé à 5-3 en faveur de la Japonaise. La finale entre Serena Williams et Naomi Osaka a finalement été remportée par cette dernière, sur un score de 6-2, 6-4.

    Mais l'Américaine a vu dans l'attitude de l'arbitre envers elle une forme de discrimination, déclarant: «Il y a beaucoup de [joueurs] hommes ici qui ont dit des choses bien pires que ça et vous n'avez rien fait.»

    Lire aussi:

    Sa caricature de Serena Williams a révolté les fans de tennis, le dessinateur s’explique
    Tout sur les nouveautés de la Coupe des confédérations 2017
    Cet ours est sorti de son hibernation pour ouvrir un match de foot en Russie!
    Tags:
    scandale, tennis, Carlos Ramos, Serena Williams, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik