Sports
URL courte
171
S'abonner

Des interpellations et des perquisitions ont eu lieu en Allemagne et en Autriche sur la foi d’informations relatives à une possible affaire de dopage aux Mondiaux du ski nordique, compétition qu’accueille actuellement la vill-e de Seefeld.

Quatre personnes ont été interpellées et 11 perquisitions menées en Allemagne et en Autriche dans le cadre d’une enquête pour dopage, rapporte ce mercredi le service de presse du parquet de Munich.

Plus tôt, c’est le journaliste allemand Hajo Seppelt, à l’origine du scandale de dopage en Russie, qui a fait état sur son compte Twitter de descentes antidopage entreprises lors du Championnat du monde de ski nordique à Seefeld, en Autriche. Il a alors précisé que ces opérations avaient été menées par des enquêteurs allemands et autrichiens et visaient les sélections autrichienne, estonienne et kazakhe.

«Le parquet de Munich, Mïnchen 1, division bavaroise du parquet de lutte contre le dopage, a fait interpeller aujourd’hui quatre personnes et mené des perquisitions sur 11 sites immobiliers et ce dans le cadre d’une enquête pour des soupçons de dopage», indique la source dans un communiqué.

Neuf des sites perquisitionnés se trouvent à Erfurt, en Allemagne, et deux autres en Autriche, est-il expliqué.

Le parquet de Munich informe également que les interpellations des suspects sont liées aux informations fournies par le fondeur autrichien Johannes Dürr à la chaîne allemande ARD.

Plus tôt, les médias avaient fait savoir, se référant à la police autrichienne, qu’un présumé «réseau international de dopage» avait été démantelé en marge des Mondiaux.

Lire aussi:

La DCA syrienne repousse une attaque de missiles au-dessus de Damas, selon Sana
«J’ai déjà fait barrage, cette fois c’est fini»: la Une de Libération sur le RN indigne la majorité
«Ils ont été lynchés»: deux policiers agressés lors d’une intervention près d’Agen
Téhéran refuse de discuter l'accord nucléaire avec les USA et l'UE
Tags:
championnat, skieur, dopage, Munich, Autriche, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook