Ecoutez Radio Sputnik
    bicyclette

    Une course féminine arrêtée en Belgique après qu’une femme s’est rapprochée des hommes

    © Sputnik . Vladimir Sergeyev
    Sports
    URL courte
    3018

    Des femmes participant à une prestigieuse course cycliste en Flandre, en Belgique, ont été obligées de marquer une pause après qu’une des cyclistes féminines s’était rapprochée de la course masculine qui avait démarré 10 minutes plus tôt.

    L'histoire s'est déroulée samedi 2 mars, lors de la course cycliste Circuit Het Nieuwsblad 2019, dans la Région flamande (ou Flandre), en Belgique.

    Les participantes de l'édition féminine ont été forcées par les organisateurs à marquer une pause après qu'une cycliste s'était rapprochée de leurs confrères masculins d'une autre course, qui avait commencé 10 minutes plus tôt.

    Ainsi, la sportive suisse Nicole Hanselmann avait rapidement pris une avance de près de deux minutes sur ses poursuivantes, jusqu'à presque rattraper les hommes.

    C'est alors que les organisateurs ont estimé que l'athlète pourrait se retrouver en danger à cause des véhicules de soutien suivant la course masculine. Ainsi, ils ont décidé d'arrêté les cyclistes féminines afin de rétablir l'écart entre les deux groupes.

    Bien que Nicole Hanselmann ait été autorisée à reprendre avec une longueur d'avance, elle a finalement terminé à la 74e place.

    La course a été remportée par Chantal Blaak, une cycliste néerlandaise.

    «Peut-être que les autres femmes et moi étions trop rapides ou les hommes trop lents», a commenté Nicole Hanselmann sur son Instagram.

     

     

    Lire aussi:

    Une série de nuits de violences à Romans-sur-Isère: caillassage et jets de cocktails Molotov contre la police
    Macron officialise l'avis de la France sur Huawei après la décision de Trump de l’écarter
    Le crash d'un F-16 laisse un trou béant dans le toit d'un bâtiment en Californie (vidéo)
    Tags:
    femme, sport, course, vélo, homme, Belgique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik