Ecoutez Radio Sputnik
    Neymar, le 22 juin 2018

    Le Brésil aurait ordonné le gel des biens de Neymar soupçonné de fraude fiscale

    © Sputnik . Yevgenia Novozhenina
    Sports
    URL courte
    5211

    Une partie des biens de la star brésilienne du football ont été gelés par l’administration fiscale du Brésil. Le joueur du PSG est accusé d’avoir dissimulé 15,6 millions d’euros de revenus, a indiqué le quotidien Folha de S.Paolo.

    L'administration fiscale brésilienne a gelé une partie des biens de Neymar, capitaine de l'équipe du Brésil de football et joueur du PSG, a déclaré le quotidien brésilien Folha de S.Paolo en se référant à l'avocat du footballeur Marcos Neder.

    Le quotidien cite les propos du juriste: «Le gel des biens est une mesure de garantie. C'est une pratique standard. Ils [les biens, ndlr] appartiennent toujours à leur propriétaire».

    Les autorités brésiliennes soupçonnent la star du foot d'avoir dissimulé ses revenus au fisc pour un montant total de 69 millions de réaux (15,7 millions d'euros) résultant de son transfert du Santos Futebol Clube au FC Barcelone.

    Par conséquent, l'avion Cessna Citation 680 et l'hélicoptère Eurocopter France 130 B4 ont été saisis, ainsi que certaines parts dans les compagnies que la famille de Neymar détient.

    Selon le journal, la question de l'annulation du gel des avoirs de Neymar a été discutée lors de la rencontre entre le père de Neymar, qui est propriétaire de la société de marketing ayant les droits exclusifs d'utiliser le nom du footballeur, et le ministre brésilien de l'Économie, le 17 avril.

    Lire aussi:

    Un incident entre un avion américain et un Su-30 vénézuélien au-dessus des Caraïbes – vidéos
    Un avion militaire libyen armé de missiles air-sol viole l’espace aérien tunisien et atterrit en urgence – images
    «En fermant le marché américain à Huawei, Trump a ouvert des possibilités d’investissements chinois accrus en Europe»
    Tags:
    football, gel d'actifs, Neymar, Brésil
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik