Ecoutez Radio Sputnik
    Un haltère

    Une haltérophile transgenre bat des records et suscite la colère d’olympiennes

    © Sputnik . Ramil Sitdikov
    Sports
    URL courte
    36731
    S'abonner

    Un homme biologique qui s'identifie comme une femme a provoqué un scandale dans le monde du sport en battant quatre records mondiaux d’haltérophilie. Ses pairs jugent qu’il est injuste de reconnaître les performances d’un(e) sportif(-ve) qui ne soit pas physiquement comme ses rivales.

    Mary Gregory, une haltérophile, a suscité une réaction très négative chez certaines olympiennes après avoir annoncé qu'elle avait battu quatre records du monde à une compétition de 100% Raw Weightlifting Federation aux États-Unis.

    Mary Gregory a déclaré sur Instagram qu'elle avait remporté la victoire «neuf fois sur neuf», notamment en établissant quatre nouveaux records mondiaux.

     

    L'ancienne nageuse olympique britannique, Sharron Davies, s'était déjà prononcée auparavant contre la participation de transgenres aux compétitions, affirmant sur Twitter: «Tous les records établis par une femme transgenre (un homme né avec une biologie et des avantages masculins) doivent être effacés lorsque toute cette confusion et cette injustice sont compris.»

    ​Cette fois-ci, la sportive a prétendu qu'il s'agissait d'un «terrain de jeu injuste».

    «C'est une femme transgenre, un corps masculin avec une physiologie masculine, qui établit un record mondial et remporte une compétition féminine en haltérophilie en Amérique. Une femme avec une biologie féminine ne peut pas rivaliser. C'est un terrain de jeu injuste et inutile», a-t-elle écrit.

    Une autre athlète olympique britannique, Kelly Holmes, a commenté le message de Mme Davies sur Twitter, affirmant qu'elle «se préparait à ce que les femmes biologiques boycottent certains événements». «C'est une sacrée bonne blague», a-t-elle ajouté.

    Tags:
    compétitions, record, sport, haltérophilie, transgenre, Kelly Holmes, Sharron Davies, Mary Gregory, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik