Ecoutez Radio Sputnik
    Les logos des Jeux Olympiques de Tokyo 2020

    La Russie réagit au danger d'être suspendue des JO de 2020 à Tokyo

    © REUTERS / Thomas Peter
    Sports
    URL courte
    13320
    S'abonner

    Le statut de la Fédération russe d'athlétisme ne viendra pas influencer la participation des sportifs russes aux Jeux olympiques de 2020, a déclaré à la presse russe le président du Comité national olympique de Russie, Stanislav Pozdniakov, en commentant la menace d'une éventuelle interdiction pour l'équipe russe de participer aux JO de Tokyo.

    Le président du Comité national olympique de Russie, Stanislav Pozdniakov, a commenté les soupçons concernant une éventuelle interdiction pour l'équipe russe de participer aux Jeux olympiques de 2020.

    Les problèmes concernant le statut de la Fédération russe d'athlétisme n'auront pas d'impact sur la participation des sportifs russes aux JO de Tokyo, a-t-il indiqué à la presse russe.

    «Nous nous appuyons sur la position officielle du Comité international olympique (CIO) et d'autres organisations sportives internationales», a-t-il souligné.

    Stanislav Pozdniakov a rappelé que la direction du CIO avait d'ores et déjà précisé sa position en décidant que la sélection russe participerait aux JO et a fait remarquer qu'il pourrait être question de responsabilité personnelle mais non collective.

    Se référant à ses propres sources, The Sunday Times a affirmé que la Russie pourrait être interdite de participation aux Jeux olympiques d'été de 2020 à Tokyo en raison de la tentative présumée de dissimulation du délit de dopage effectuée par Danil Lyssenko, champion du monde de saut en hauteur en salle en 2018. Ainsi, le sportif aurait présenté de faux documents prouvant qu'il était malade lors des contrôles antidopage. Les auteurs de l'article imputent cette falsification à la Fédération russe d'athlétisme, ce qui pourrait se répercuter sur le statut de cette dernière et entraîner une suspension de l'équipe russe.

    Richard McLaren, président de la commission spécialisée de l'Agence mondiale antidopage (AMA), avait affirmé en novembre 2015 que la Russie avait mis en place un système de dopage institutionnalisé. Depuis le début du scandale, Moscou a démenti à plusieurs reprises toute existence d'un tel système, insistant sur la responsabilité individuelle des sportifs dopés ou de responsables ayant poussé au dopage. Toutefois, l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) a interdit aux athlètes russes de participer à des compétitions internationales, y compris aux Jeux olympiques de Rio en 2016.

    Richard McLaren a par la suite retiré ses accusations contre la Russie concernant l'existence d'un système étatique de soutien au dopage dans le sport.

    Tags:
    sport, falsification, dopage, responsabilité, athlétisme, sélection, interdiction, JO 2020, Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), Agence mondiale antidopage (AMA), The Sunday Times, Comité international olympique (CIO), Richard McLaren, Tokyo, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik