Sports
URL courte
698
S'abonner

Ahmad Ahmad, le président de la Confédération africaine de football (CAF), a été interpellé ce jeudi matin dans un hôtel à Paris, où il séjournait pour assister au congrès de la FIFA, écrit le magazine Jeune Afrique.

Le président de la CAF a été arrêté ce jeudi matin à l’hôtel de Berri, à Paris, annonce Jeune Afrique qui précise qu’Ahmad Ahmad doit être entendu par les services de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF).

Selon les informations de l’hebdomadaire, «l’interpellation serait liée au contrat rompu unilatéralement par la CAF avec l’équipementier allemand Puma pour s’engager avec la société Tactical Steel, basée à La Seyne-sur-Mer».

Bien que M.Ahmad ait affirmé mi-avril que «toutes les décisions ont été prises de manière collégiale» et «transparente», une signature de contrat aurait été favorisée par la proximité entre lui et un des dirigeants de l’entreprise française et dont le surcoût atteindrait 830.000 dollars (739.000 euros), souligne l’ex-secrétaire général de l’instance continentale Amr Fahmy cité par l’hebdomadaire.

Dans un communiqué publié sur son site, la FIFA dit ne pas connaître «les détails entourant cette enquête» et ne pas être «en mesure de commenter ce sujet en particulier».

Le président de la CAF se trouvait à Paris pour assister au congrès de la FIFA, qui a abouti à la réélection de Gianni Infantino.
Lors cette réunion, la CAF a également décidé de faire rejouer la finale retour de la Ligue des champions africaine, après que le match a été interrompu pour un problème lié à l’assistance vidéo à l’arbitrage.

Lire aussi:

Une nouvelle carte du déconfinement rendue publique lors du discours du Premier ministre
Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Jean-Jacques Bourdin flashé à 186 km/h à plus de 100 km de son domicile, son permis de conduire confisqué
Tags:
football, sport, Ahmad Ahmad, Confédération africaine de football (CAF)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook