Sports
URL courte
8499
S'abonner

Le Président turc reproche à l’UEFA son approche «deux poids, deux mesures» à l’égard des saluts militaires faits par les joueurs turcs et les «athlètes de Macron».

Recep Tayyip Erdogan est monté au créneau pour défendre la sélection de football turque visée par une enquête disciplinaire de l’UEFA après les saluts militaires effectués par ses joueurs lors de matchs récents, rapportent les médias turcs.

Lors d’une conférence de presse à Ankara, le Président turc a accusé l’UEFA d’avoir adopté une «attitude discriminatoire» contre son pays:

«Les athlètes qui représentent notre pays à l’étranger sont victimes d’une campagne de lynchage depuis le début de l’opération [en Syrie, ndlr]. Nous rejetons l’attitude discriminatoire, injuste et politique à l’encontre de notre équipe nationale et de nos clubs», a déclaré M.Erdogan.

Le 15 octobre, l’UEFA a annoncé l’ouverture d’une enquête disciplinaire contre la Turquie pour «provocation politique» à la suite des saluts militaires effectués par ses footballeurs lors des matchs contre l’Albanie et la France disputés en pleine offensive turque dans le nord de la Syrie.

Ce qui est permis à Griezmann…

Le Président turc n’a pas manqué d’évoquer le salut militaire adressé par l’attaquant français Antoine Griezmann à Emmanuel Macron après la finale victorieuse à la Coupe du monde en Russie:

«Quand un athlète de Macron fait ce geste devant lui, vous ne lui imposez aucune sanction?» s’est indigné M.Erdogan, défendant le droit des sportifs turcs «de saluer nos soldats après une victoire».

Lire aussi:

Les autorités libanaises ont déterminé l’origine des explosions à Beyrouth
«Reprenons le contrôle!»: les démissionnaires de l’UPR fondent un nouveau mouvement souverainiste, Asselineau réagit
Deux explosions retentissent à Beyrouth, des morts et des blessés - vidéos
Tags:
Mondial 2018, Emmanuel Macron, discrimination, football, France, Turquie, opération Source de paix (2019), UEFA, Antoine Griezmann
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook