Sports
URL courte
3144
S'abonner

La FIFA envisage de saisir la justice suisse pour obtenir le remboursement de 2 millions de francs suisses versés de façon «indue» à Michel Platini. Les fonds récupérés «seront affectés au développement du football».

Le triple Ballon d’or connaît de nouveaux déboires avec la FIFA: la fédération a annoncé avoir saisi la justice en vue d’obtenir le remboursement de 2 millions de francs suisses, soit plus de 1,8 million d’euros, versés par son ex-président Sepp Blatter à Michel Platini.

Selon un communiqué diffusé par le service de presse de la FIFA, une procédure visant les deux hommes a été lancée «devant les tribunaux suisses compétents» sur la base d’une recommandation émise par sa commission de gouvernance.

Auparavant, le Tribunal fédéral suisse avait jugé que «ce cadeau de 2 millions de francs suisses» devait être considéré comme un «paiement indu», rappelle la FIFA.

Toujours d’après l’organisation, les fonds récupérés «seront affectés au développement du football, où cet argent aurait dû aller à l'origine».

L’affaire Blatter-Platini

Le versement en question avait déjà valu à MM. Blatter et Platini une suspension respectivement de six et quatre ans de toute activité liée au football. De plus, la justice suisse avait ouvert en septembre 2015 une procédure pénale visant M.Blatter et dans laquelle M.Platini avait le statut de témoin assisté.

Sepp Blatter affirme cependant n’avoir été entendu «qu’une seule fois» par la justice depuis et soutient que ce paiement a été validé par les commissions compétentes de la FIFA. Pour sa part, Michel Platini s’est toujours défendu de tout acte illégal.

Lire aussi:

Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Les sirènes d'alerte déclenchées en Israël
La journée des câlins «dégénère» sur le plateau de TPMP d’Hanouna - vidéo
Alerte en Algérie après la réapparition du poisson lièvre
Tags:
justice, Suisse, football, Joseph Blatter, Michel Platini, FIFA
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik