Sports
URL courte
0 202
S'abonner

Des supporters du Paris Saint-Germain ont publié sur les réseaux sociaux une photographie d'une banderole injurieuse déployée à Paris, près de la tour Eiffel, une initiative qui a suscité dimanche l'indignation du collectif anti-homophobie Rouge Direct, indique l’AFP.

Le Collectif Ultras Paris (CUP), le principal groupe de fans du Paris Saint-Germain, a publié sur Twitter cette photo d'une banderole, levée devant la tour Eiffel, jugée par Rouge Direct, qui lutte contre l'homophobie dans le monde du football, comme une «injure homophobe» et «inacceptable».

​«L'impunité face à l'homophobie dans le football ne fait que la nourrir. Le 17 mars 2019, il y a eu les injures homophobes lors d'un PSG-OM en présence de la ministre [des Sports Roxana Maracineanu, ndlr]», développe le porte-parole du collectif Julien Pontes à l'AFP.

Vers une plainte?

«On va certainement porter plainte contre ces banderoles comme on le fait à chaque fois. On est les seuls à le faire. Pourquoi la mairie de Paris ne le fait pas? Le PSG, l'OM, les instances du football devraient réagir», a-t-il continué.

Une photo déployée près du Parc des Princes d'une banderole visant l'attaquant marseillais Dimitri Payet a également été publiée: «Dimitri, la seule chose que tu as soulevée, c'est Ludivine».

Le PSG reçoit dans la soirée son rival Marseille, contre lequel il n'a plus perdu depuis 2011. Soumis aux restrictions gouvernementales, le Parc des Princes a réduit le nombre de spectateurs à environ 4.000.

Le CUP a déjà fait savoir fin août qu'il n'allait «ni se rendre au Parc des Princes ni en déplacement, tant que la situation n'évolue pas».

Lire aussi:

Un scientifique nucléaire iranien de haut rang assassiné près de Téhéran - images
Comment les policiers ont justifié les coups portés sur le producteur de musique à Paris
La Russie proteste suite à la violation de sa frontière par un destroyer US et se dit prête à réagir aux provocations
Tags:
match, Olympique de Marseille, PSG
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook