Sports
URL courte
Par
1242
S'abonner

Pris d’assaut par les radicaux au début de la guerre, le stade de Hamdaniya à Alep a accueilli samedi 7 novembre son premier match de football en huit ans, une grande fête pour les adeptes du sport, mais aussi pour la ville.

Après le déclenchement des hostilités, le stade de Hamdaniya d'Alep a été occupé par des extrémistes, sans pour autant être gravement endommagé. Enfin rénové, il a accueilli samedi 7 novembre le premier match de football de ces huit dernières années, opposant les clubs d’Ittihad et Hurriya. La rencontre s’est soldée par un match nul.

Le capitaine de l'équipe d’Hurriya, Moustafa Hassan, rêvait de rejouer dans ce stade. Lorsque les combats faisaient rage, il priait pour qu'aucune bombe ne tombe sur le stade.

«C’est super de revenir sur ce terrain, super de voir autant de supporteurs. Il n'est aujourd’hui pas question de la qualité du terrain et du stade», confie-t-il aux journalistes.

Les tribunes, qui peuvent accueillir jusqu'à 18.000 spectateurs, étaient revêtues de rouge, couleur de l'équipe aleppine d’Ittihad.

L'équipe joue pour la troisième fois depuis la fin de la guerre, mais pour la première fois à Alep, souligne Mahmoud Yahdi, fan de l'Ittihad. Pour lui, la réouverture du stade est une «grande fête pour le football».

Lire aussi:

Caricatures de Mahomet: Daech «prépare des attentats en Europe à Noël», selon un ex-agent du MI6
Macron: quand «votre famille parle l'arabe, c'est une chance pour la France»
L’hiver arrive: la France est-elle dans une situation «prérévolutionnaire»?
«Blocage total»: l’annonce de Macron d’une plateforme de signalement des discriminations provoque la colère
Tags:
football, Syrie, Alep
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook