Sports
URL courte
Par
0 133
S'abonner

La Française Julie Pomagalski, championne du monde de snowboard, a été emportée par une avalanche en Suisse le 23 mars. Le Comité national olympique et sportif français a adressé «toutes ses pensées» à la famille et aux proches de l’une des meilleures sportive de sa génération.

Julie Pomagalski, championne du monde et sélectionnée olympique, a trouvé la mort mardi 23 mars dans une avalanche dans les Alpes suisses. Elle avait 40 ans. 
Selon France Bleu, l'avalanche a aussi coûté la vie à un autre Français, un secouriste de la CRS Alpes d'Albertville qui l'accompagnait. 

«Disparition tragique»

Sur Twitter, le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) a écrit que la «disparition tragique» de Mme Pomagalski, originaire de La Tronche en Isère, avait laissé l’équipe de France Olympique «en deuil de l’une des siennes».

«Toutes les pensées de l’équipe de France Olympique et du CNOSF vont à la famille de Julie Pomagalski, à ses proches, à la Fédération française de ski», est-il également écrit. 

​La Fédération française du sport universitaire a aussi réagi au drame:

«À sa famille, ses amis, ses proches, la FFSU adresse ses condoléances émues.»

Championne du monde en 1999

En 1999, Julie Pomagalski avait été sacrée championne du monde de snowboardcross. Puis aux Jeux olympiques d’hiver de 2002 à Salt Lake City, elle avait pris la sixième place du géant parallèle. En 2003, elle avait remporté une médaille d’argent mondiale dans cette discipline. En 2006, lors des Jeux olympiques de Torino, elle était de nouveau sixième dans le géant parallèle. Julie Pomagalski avait terminé sa carrière en 2007.

Elle était la petite-fille de Jean Pomagalski, fondateur de la société de construction de remontées mécaniques Poma, l’un des leaders mondiaux du secteur.

Bulletin d’avalanches

Par le biais d’un bulletin d’avalanches, l’Institut fédéral pour l'étude de la neige et des avalanches SLF à Davos informe le public de la situation nivologique et avalancheuse dans les Alpes suisses et dans le Jura. Son contenu présente le caractère d’un avertissement. Selon le bulletin du 23 mars, la région du Gemsstock, le massif du canton d'Uri où la Française a trouvé la mort, était en degré 3.

L’Institut décrit le danger d’avalanches avec l’échelle européenne à cinq degrés. Il précise que ce degré de danger dépend de différents paramètres, «notamment la stabilité du manteau neigeux (ou probabilité de déclenchement des avalanches), la fréquence des endroits dangereux et la taille des avalanches».

Lire aussi:

«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
L’Iran suspend sa coopération avec l’UE dans plusieurs domaines
«Reprendre le pouvoir»: «Une partie des endormis va se réveiller», prédit François Boulo
Tags:
avalanche, snowboard, France, Suisse
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook