Sports
URL courte
Par
11153
S'abonner

Effondré seulement quelques jours après son annonce, le projet de Super Ligue n’a pas été soutenu par les clubs français, et ce, dès le début. Quant à la population, six Français sur dix y étaient complètement défavorables, indique un sondage Ipsos.

Une enquête Ipsos réalisée le 21 avril, jour où la plupart de ses clubs fondateurs ont décidé de quitter la Super Ligue, montre que 64% des Français ont entendu parler de ce projet alors qu’environ six personnes sur dix étaient opposées à toutes les caractéristiques de la nouvelle compétition qui ne comprenait aucun club du pays.

Plus précisément, 62% des Français n’ont pas apprécié l’idée que les 15 clubs fondateurs devaient recevoir chacun un financement important au début de chaque saison, indépendamment de leurs résultats.

En outre, 59% de Français n’étaient pas favorables à ce que ces 15 originels participent au tournoi chaque année, indépendamment de leurs performances dans les championnats nationaux.

Presque la même proportion de Français étaient sceptiques quant à la règle selon laquelle seuls cinq autres clubs de football seraient sélectionnés chaque année pour participer au tournoi.

Enfin, 59% de la population n’ont pas aimé la composition même de la Super Ligue.

Le sondage a été réalisé au total auprès de 5.000 personnes âgées de 18 à 65 ans, en France, Allemagne, Italie, Espagne et au Royaume-Uni.

Globalement, l’enquête a montré que les personnes qui s'intéressaient au football avaient tendance à soutenir davantage les caractéristiques de la Super Ligue, à la différence de celles qui ne s’intéressaient pas à ce sport.

Un projet mort-né

À peine annoncé le 19 avril par 12 grands clubs européens et vertement critiqué par l’UEFA, le projet de la Super ligue a commencé à s’effondrer à partir du jour suivant quand cinq club anglais -Manchester City, Liverpool, Manchester United, Tottenham et Arsenal- l’ont quitté sous la pression des fans et des autorités du Royaume-Uni.

Mercredi, Chelsea leur a emboîté le pas, tout comme le Milan AC l'Inter de Milan et la Juventus de Turin qui ont pourtant insisté sur le fait que le football mondial avait besoin d’évoluer. Des clubs espagnols, l'Atlético de Madrid a été le premier à quitter le projet.

Quant au FC Barcelone, son président Joan Laporta a insisté jeudi sur la «nécessité» d'une Super Ligue tout en appelant au «dialogue avec l'UEFA». Pour sa part, Florentino Perez, le président du Real Madrid et premier président de la Super Ligue, a fait savoir dans la nuit de mercredi à jeudi que le projet était en «stand-by».

Lire aussi:

Une femme en état de démence blesse un policier au couteau avant d'être abattue
Rixe entre deux bandes rivales en pleine rue en Seine-Saint-Denis – vidéo
Israël organise les plus grandes manœuvres de son histoire: vers un nouveau conflit au Moyen-Orient ?
Tags:
Allemagne, France, football
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook