Sports
URL courte
Par
18370
S'abonner

L’haltérophile néo-zélandaise Laurel Hubbard devrait entrer dans l'histoire aux Jeux olympiques de Tokyo comme la première athlète transgenre à participer à des JO.

L’haltérophile néo-zélandaise Laurel Hubbard sera la première transgenre de l’histoire des Jeux olympiques, rapporte le Guardian.

Bien que l'athlète de 43 ans ne fasse pas encore partie officiellement de l'équipe néo-zélandaise, une source au sein de la Fédération internationale d'haltérophilie (IWF) a confirmé au quotidien britannique qu'elle se qualifierait automatiquement en raison de règles modifiées approuvées par le Comité international olympique (CIO).

Selon les directives du CIO, publiées en novembre 2015, les athlètes qui passent d'homme à femme peuvent concourir dans la catégorie féminine sans avoir besoin d'une intervention chirurgicale pour retirer leurs testicules à condition de ne pas avoir un niveau de testostérone dépassant 10 nanomoles par litre sur une durée de 12 mois précédant la première compétition, une règle qui est suivie par l'IWF.

Opinions divisées

Cependant, la participation de Hubbard a déjà fortement divisé les opinions car beaucoup insistent sur le fait qu'elle bénéficie d'un avantage injuste.

Plusieurs articles scientifiques ont récemment montré que les personnes qui ont eu une puberté masculine conservent des avantages significatifs en puissance et en force, même après avoir pris des médicaments pour supprimer leur taux de testostérone.

Reuters indique qu’a contrario les partisans de l'inclusion transgenre soutiennent que le processus de transition diminue considérablement cet avantage et que les différences physiques entre les athlètes signifient qu'il n'y a jamais eu de règles de jeu vraiment équitables dans le sport.

Hubbard a vécu comme un homme pendant 35 ans et n'a pas participé à des compétitions d'haltérophilie internationales. Mais depuis sa transition en 2012, elle a remporté plusieurs titres.

Protestations des rivaux

Reuters rappelle que sa médaille d'or aux Jeux du Pacifique de 2019 aux Samoa, où elle est montée sur le podium devant la championne des Jeux du Commonwealth des Samoa, Feagaiga Stowers, avait provoqué l'indignation de l’État insulaire.

La fédération d'haltérophilie australienne avait cherché à empêcher Hubbard de participer aux Jeux du Commonwealth de 2018 sur la Gold Coast, mais les organisateurs avaient rejeté sa requête.

Lire aussi:

Une rixe ultraviolente éclate à Gare de Lyon à Paris sous l’œil de passagers médusés – vidéo choc
Armé d’un couteau, il s’avance vers des policiers à Grenoble, l’un d’eux lui tire dessus – vidéo
«Tribunal populaire» d’une star du football algérien qui s’est affichée avec un mannequin
Tags:
transgenre, Jeux olympiques, Tokyo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook