Sports
URL courte
Par
5945
S'abonner

La rencontre de la 1re journée de Ligue 1 entre Montpellier et Marseille a été interrompue une dizaine de minutes par l'arbitre, après plusieurs avertissements en raison de projectiles lancés sur le terrain depuis les tribunes.

Le joueur de l'OM Valentin Rongier, remplaçant, a notamment été touché à la tête par une bouteille, au moment du but de Dimitri Payet qui a placé son équipe aux commandes du match (3-2, 79e).

​​Plus tard, des bouteilles ont été lancées en direction d'un joueur héraultais, Florent Mollet, qui s'apprêtait à tirer un corner.

​A la 89e minute du match, l'arbitre Jérémie Pignard a alors décidé d'envoyer les deux équipes aux vestiaires. Après un moment de tâtonnement, les acteurs ont quitté la pelouse.

Le directeur de la sécurité du club montpelliérain Pierre-Marie Grappin s'est exprimé directement aux spectateurs:

«Supporters, vous êtes en train de faire à Marseille le plus beau cadeau qu'ils pouvaient rêver. Votre comportement qui consiste à lancer des bouteilles, des gobelets pleins pendant le jeu et sur la pelouse est inadmissible», a-t-il lancé au micro.

Ces incidents exposent le club à des sanctions.

Après une dizaine de minutes, le match a repris.

Selon le diffuseur Prime Video, la personne qui a lancé la bouteille sur Rongier a été arrêtée.

Ce derby se joue dans un stade soumis à une jauge maximale de 13.500 places (sur 22.000), décidée par le préfet de l'Hérault face à la circulation active du coronavirus dans la région.

Ce week-end coïncide avec le retour des supporters dans les stades, après sept mois de huis clos.

L'OM a alors entamé sa saison par une victoire 3-2 à Montpellier, après l'interruption de match.

Lire aussi:

Quand la CIA s’associe à l’Ukraine pour générer des fake news sur les «mercenaires russes»
Les chômeurs non vaccinés privés d’allocations en Autriche
La maison d’édition Nawa bientôt dissoute par Gérald Darmanin
Tags:
Olympique de Marseille, Montpellier, match, interruption
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook