Axel Witsel

EXCLUSIF: Axel Witsel brise le mythe du racisme dans les stades russes

© Sputnik . Irina Gavrikova
Opinions
URL courte
La Russie, pays hôte du Mondial 2018 (144)
11543

Dans un entretien exclusif à Sputnik, le milieu de terrain de la sélection belge Axel Witsel, qui a évolué pendant plus de 4 ans au Zenit Saint-Pétersbourg, rejette les rumeurs sur le racisme et la violence dans les stades russes.

À l'approche de la Coupe du Monde de football 2018 qui se déroulera en Russie, Sputnik s'est entretenu avec l'ancien joueur du FC Zenit Saint-Pétersbourg, milieu de la sélection belge Axel Witsel, pour avoir son opinion sur la vie en Russie et les supporteurs russes.

Le FC Zenit a acheté Witsel au Benfica Lisbonne et l'inévitable changement du climat qui accompagnait ce transfert s'est avéré pénible pour le footballeur: jouer par —15˚C était certes difficile, «mais le reste était juste comme en Europe», confie-t-il.

Ayant passé quatre ans et demi au Zenit, «l'un des principaux clubs de football russes», Axel Witsel qualifie son séjour d'«expérience professionnelle colossale». À la question de savoir s'il a été confronté à des manifestations de racisme sur les gradins des stades russes, le footballeur indique «avoir entendu beaucoup d'histoires» de ce genre, mais souligne qu'il n'a jamais été témoin de manifestations ouvertes d'agression durant les 4 ans et demi où il a joué en Russie.

Il avoue cependant avoir eu «deux ou trois problèmes pendant les matchs», mais selon lui «on ne peut pas appeler ça racisme». «Cela se passe partout, en Espagne ou au Royaume-Uni. Quand on dit qu'il y a du racisme en Russie, je ne suis pas d'accord», explique l'international belge.

Alors que plusieurs médias occidentaux affirment que les supporteurs russes présenteront une menace aux étrangers qui oseront se rendre aux matchs du Mondial 2018, Alex Witsel se montre rassurant. «Il n'y a bien sûr aucune menace», affirme-t-il. Selon lui, en Russie, les supporteurs aiment le football, et lorsque on les voit torse nu sur les gradins par —15˚C, cela témoigne bien de leur passion pour ce sport.

Le Mondial 2018 se déroulera du 14 juin au 15 juillet dans 12 stades de 11 villes russes, dont Moscou, Kaliningrad, Saint-Pétersbourg, Volgograd, Kazan, Nijni Novgorod, Samara, Saransk, Rostov-sur-le-Don, Sotchi et Iekaterinbourg.

Dossier:
La Russie, pays hôte du Mondial 2018 (144)

Lire aussi:

Poutine donne le départ de la tournée du Mondial de football 2018
Mondial 2018: le Kremlin promet la meilleure Coupe du Monde «jamais organisée sur Terre»
À l’approche du Mondial 2018, le football monte dans le ciel de Sotchi (vidéo)
Tags:
racisme, violences, football, Mondial 2018, FC Zenit Saint-Pétersbourg, Axel Witsel, Belgique, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik