Sélection russe de football

Fin de l’enquête de la FIFA sur les joueurs russes, pas de cas de dopage

© RIA Novosti . Anton Denisov
Actualités du Mondial 2018
URL courte
10200

La Fédération internationale de football a mis un terme aux enquêtes concernant les joueurs russes susceptibles de participer au Mondial en raison d'un manque de preuve de violation des règles antidopage.

L'instance dirigeante du foot mondial a annoncé mardi dans un communiqué n'avoir trouvé aucun élément confirmant une violation des règles antidopage par les joueurs de la sélection élargie russe qui participera à la Coupe du Monde 2018.

«La FIFA est aujourd'hui en mesure de confirmer que ses enquêtes effectuées sur tous les joueurs faisant partie de la sélection élargie de l'équipe nationale russe sont terminées et qu'aucun élément majeur n'a permis de mettre en évidence une quelconque violation des règles antidopage», explique la Fédération.

La FIFA indique avoir remis ses conclusions à l'Agence mondiale antidopage (AMA) qui a «accepté la décision de clore définitivement les enquêtes». Toujours selon la FIFA, l'équipe nationale russe figure parmi les sélections «les plus contrôlées en amont du Mondial».

Des enquêtes portant sur de présumées infractions aux règles antidopage par des footballeurs susceptibles de participer au Mondial en Russie avaient été ouvertes après la diffusion du rapport McLaren portant sur un «système de dopage d'État» en Russie.

Le rapport McLaren avait notamment entraîné la suspension de la Russie des Jeux olympiques d'hiver 2018 de Pyeongchang. Des noms de footballeurs figuraient également dans ce document.

Lire aussi:

La FIFA n'a découvert aucune violation du règlement antidopage dans le football russe
Poutine: la Russie n’a jamais eu un système de dopage institutionnalisé
«La décision du CIO n'affectera pas la préparation de la Coupe du monde», selon la FIFA
Tags:
enquête, football, dopage, Mondial 2018, JO 2018 de Pyeongchang, Agence mondiale antidopage (AMA), FIFA, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik