Pom-pom girls brésiliennes

Les footballeurs brésiliens autorisés à avoir des relations sexuelles lors du Mondial 2018

© AFP 2018 Fracois Nascimbeni
Actualités du Mondial 2018
URL courte
Mondial 2018 (154)
927

Les discussions autour du sexe lors de la Coupe du Monde 2018 ne se tarissent pas. Mais si dans certaines équipes des restrictions dans les relations charnelles sont prévues, les footballeurs brésiliens ne connaîtront pas d’interdictions.

Rodrigo Lasmar, le médecin de l'équipe nationale brésilienne, a annoncé que l'équipe de son pays ne serait pas privée de sexe lors de la Coupe du Monde 2018.

«Je ne pense pas que quiconque puisse interdire aux footballeurs d'avoir des relations sexuelles. C'est naturel, ça fait partie de notre vie. Nous avons de jeunes joueurs en bonne santé.»

«Le sexe aidera à soulager la tension causée par la préparation pour la Coupe du Monde. Pour nous, ce n'est absolument pas un problème», a ajouté M.Lasmar.

Vera Ribeiro, la femme du gardien international portugais Rui Patricio considère également que l'équipe de son pays aura plus de chances si les joueurs se masturbent davantage durant la compétition. Selon l'épouse du gardien de la sélection du Portugal, le sexe permettrait aux joueurs de mieux gérer l'angoisse et le stress.

L'attitude envers le sexe est un peu différente dans l'équipe du Nigeria de football. Gernot Rohr, l'entraîneur des Super Eagles, avait assuré que les joueurs pourraient recevoir la visite de leurs femmes et de leurs petites amies, mais ne seraient pas autorisés à recourir aux prestations sexuelles de filles aux mœurs légères lors du Mondial 2018 organisé en Russie.

Dossier:
Mondial 2018 (154)

Lire aussi:

Mondial 2018: les footballeurs portugais conseillés... de se masturber plus souvent
Du kung-fu sur un terrain de foot: un gardien de but met à terre un adversaire (vidéo)
Trafic d’âge dans le football: «pour les Africains, tricher, c’est respecter l’équité»
Tags:
Mondial 2018, Brésil, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik