Le premier but du Mondial 2018

«Que ce fut dur pour les Croates!»: l'admiration des médias étrangers pour l'équipe russe

© Sputnik . Alexander Vilf
Actualités du Mondial 2018
URL courte
15282

Le match comptant pour les quarts de finale du Mondial entre les équipes russe et croate occupe ce dimanche une place importante dans les pages de la presse européenne dont les journalistes se disent enthousiasmés par la manière de jouer des Russes, malgré leur défaite.

Le match disputé en quarts de finale du Mondial entre la Russie et la Croatie a suscité de nombreuses réactions de journalistes étrangers qui évoquent ce dimanche «la frappe tout aussi soudaine que magnifique» de Denis Tcherychev, la performance «d'une courageuse équipe russe» et la nécessité d'une «prolongation dingue et [d']une séance de tirs au but qui l'était tout autant pour désigner le gagnant». La rencontre, qui s'est tenue samedi soir au stade Ficht de Sotchi, s'est terminée par la victoire de la Croatie à l'issue d'une séance de penalty, sur le score de 4 à 3.

Le magazine France Football se félicite du jeu de Denis Tcherychev.

Il «a surtout ébloui la planète foot par ses buts tout aussi géniaux les uns que les autres. On se souvenait de ses deux réalisations impressionnantes en ouverture face à l'Arabie Saoudite (5-0)», mais il a encore prouvé «qu'il adorait les buts venus d'ailleurs quand, après avoir résisté au milieu croate, il envoyait une frappe tout aussi soudaine que magnifique dans les cages d'un Subasic dépassé pour ouvrir la marque».

«La Russie quitte son Mondial la tête haute, la Croatie émerge après les tirs au but», titre ce dimanche le belge RTBF.

Après une demi-heure de jeu, Denis Tcherychev «a ouvert le score d'un superbe tir enroulé», rappelle le quotidien belge Le Soir.

Le site Francetvinfo fait état pour sa part de la performance «d'une courageuse équipe russe».

«Les Croates ont été poussés au bout de leurs forces par les Russes, samedi à Sotchi (2-2, 4-3 aux tab). Il a fallu une prolongation dingue et une séance de tirs au but qui l'était tout autant pour désigner le gagnant», souligne la chaîne française LCI.

«Que ce fut dur pour les Croates!», note-t-elle, constatant qu'ils avaient fait face «à de valeureux Russes que personne n'attendait à ce niveau de la compétition».

L'Équipe constate de son côté que «la Croatie a peiné contre la Russie» et qu'elle «a eu besoin des tirs au but pour remporter son quart de finale face à la Russie».

Les journalistes britanniques qualifient le jeu des Russes d'héroïque et affirment que le pays doit être fier de sa sélection nationale.

«Le match devra se poursuivre sans les hôtes, après que la Croatie a brisé la résistance courageuse de la Russie et les cœurs [des supporters, ndlr] à la fin d'une longue et épuisante soirée à Sotchi», note The Guardian.

Mais une fois «que la pilule amère de la défaite ait été avalée, il y a eu une démonstration de fierté de la part des supporters» russes et de «chaleureux applaudissements ont résonné autour du stade», ajoute le journal.

Aller aussi loin était au-delà des rêves de la plupart des fans de football russes, poursuit The Guardian, rappelant que «le pays était le moins bien classé dans le tournoi et était un souffre-douleur pour ses médias». «Notre équipe nationale est la plus faible de l'histoire», avait déclaré Alexandre Boubnov, un ancien défenseur de l'URSS.

La BBC fait remarquer pour sa part que les joueurs russes étaient à deux doigts de créer la sensation.

Le milieu de terrain russe Alexander Golovin figure, lui, sur la liste des 10 stars de la Coupe du Monde 2018 de la revue britannique FourFourTwo.

Le journal espagnol Marca se félicite de la performance du joueur du club Villarreal CF, Denis Tcherychev, qui, selon les journalistes, est venu au Mondial sans faire de bruit, mais qui s'est manifesté dès les premiers jours de la Coupe du Monde. Le défenseur Sergueï Ignachevitch a été qualifié de meilleur joueur de l'équipe et l'attaquant Artyom Dziouba, de «roi».

Les journalistes italiens du Corriere della sera constatent ce dimanche l'immense énergie de l'équipe russe.

«La Russie compense ses défauts par une énergie extraordinaire qui, si elle pouvait alimenter le stade en électricité, permettrait de faire bien des économies sur la facture», a indiqué l'observateur sportif du journal.

La Repubblica donne un conseil.

«Oubliez (pour un soir) Tolstoï et Dostoïevski. Il y a mieux (pour un soir) que Crime et Châtiment. C'est le match des quarts de finale entre la Russie et la Croatie qui devait être faible, mais qui s'est révélé courageux, énergique et incendiaire.»

L'équipe russe est devenue la grande surprise de la Coupe du Monde 2018, a constaté Alberto Brandi, chef de la rédaction sportive du groupe italien Mediaset qui détient des droits exclusifs de diffusion du Mondial en Italie.

Après avoir éliminé l'Espagne en huitièmes, la Sbornaya s'est inclinée samedi face à la Croatie en quarts de finale du Mondial à Sotchi. La place en demi-finales s'est jouée aux tirs au but (2:2, 4:3).

Lire aussi:

La Croatie en finale de la Coupe du Monde, résultat jamais atteint en ex-Yougoslavie
Poutine révèle ce qu’il attend du match France-Croatie
Choc des Titans: les Bleus rencontrent les Croates en finale de la Coupe du Monde
Tags:
Sergei Ignashevich, Denis Cheryshev, énergie, sélection, match, football, Mondial 2018, France Football, Mediaset, La Repubblica, Corriere della Sera, BBC, The Guardian, L'Équipe, LCI, RTBF, Le Soir, Fiodor Dostoïevski, Léon Tolstoï, Artyom Dziouba, Sotchi, Arabie Saoudite, Croatie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik