Cocaïne, ambulance détruite: Angleterre en demi-finale, ses fans en liesse sèment le chaos

Cocaïne, ambulance détruite: Angleterre en demi-finale, ses fans en liesse sèment le chaos

© REUTERS / Henry Nicholls
Actualités du Mondial 2018
URL courte
10117
S'abonner

Le triomphe de l’Angleterre en quarts de finale de Coupe du Monde le 7 juillet a déchaîné les supporters de la sélection emmenée Harry Kane. Une vague de joie aux manifestations peu communes et parfois violentes a déferlé sur le pays, comme en témoignent de nombreuses images et vidéos mises en ligne sur les réseaux sociaux.

Prendre de la cocaïne perché sur un feu tricolore, hurler ou vandaliser une ambulance, voici quelques exemples de la manière dont les Anglais ont fêté la victoire de leur équipe sur la Suède. S'ils en ont ainsi célébré la qualification en demi-finale, une seule question se pose: que se passera-t-il en Angleterre, si la sélection nationale remporte le Mondial le 15 juillet?

​Certains se sont fait faire des tatouages avec l'inscription «Il [le football, ndrl] revient à la maison» qui fait référence au titre que l'Angleterre devrait, selon ses fans, remporter.

​Un des supporters est allé plus loin et a pris de la cocaïne perché sur un feu tricolore entouré d'une foule débordant de joie. Une vidéo qui a immortalisé cet instant a été immédiatement diffusée sur les réseaux sociaux.

 

Quelqu'un a même endommagé une ambulance.

 

​Les Anglais ont aussi dansé, hurlé de toutes leurs forces ou encore grimpé sur des lanternes.

​Le 11 juillet, l'Angleterre affrontera la Croatie en demi-finale du Mondial.

Lire aussi:

Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
La Syrie promet d'abattre tout avion violant son espace aérien
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Tags:
festivités, demi-finale, ambulance, cocaïne, supporter, football, Angleterre, Suède
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook