Image d'illustration

Avaaz et les Casques blancs «chantent le même refrain»

© AFP 2018 Daniel Leal-Olivas
Coupe du monde de football 2018
URL courte
La Russie, pays hôte du Mondial 2018 (131)
14123

Avaaz, cette organisation de cybermilitantisme basée aux USA, appelle à boycotter le Mondial prévu cet été en Russie, si ce pays ne cesse pas son opération antiterroriste en Syrie. Or, comme l’explique à Sputnik l’écrivain britannique David Icke, Avaaz et les Casques blancs sont les rouages d’un seul et même projet de diabolisation de la Russie.

Lancée le 14 mars, la pétition en ligne appelant les dirigeants et les équipes à boycotter la Coupe du Monde 2018 en Russie a déjà recueilli quelque 854.000 signatures. Ses initiateurs, de l’«ONG» basée aux États-Unis, exigent que la Russie cesse son opération antiterroriste en Syrie, qu’ils qualifient de «bombardement d’enfants syriens». Comme l’explique à Sputnik le journaliste et auteur britannique David Icke, Avaaz et les Casques blancs ont le même objectif.

«Deux choses se passent à l’égard de la guerre: une guerre physique – mais alors il faut la justifier – et la perception de la guerre. Des organisations comme Avaaz et, certes, les Casques blancs chantent le même refrain, diffusant essentiellement de la propagande au sein de la jeunesse. En ce qui concerne Avaaz, il s’agit de dizaines de milliers de personnes qui sèment un changement de régime après l’autre», a-t-il indiqué.

Et de rappeler que, par le passé, Avaaz avait défendu l’idée d’une zone d’exclusion aérienne en Libye, ce qui a mené ce pays à la catastrophe. «Ensuite, ils ont commencé à militer en faveur de la création de zones d’exclusion aérienne en Syrie. […] Cette organisation a clairement anticipé la liste des changements de régime. Ceci soulève de nombreuses questions», a-t-il ajouté.

M.Icke a en outre souligné qu’Avaaz avait été mise en place par des organisations telles que MoveOn.org et Res Publica, financées par George Soros «qui a utilisé son Open Society Foundations pour lancer des "révolutions" et renverser des individus et régimes précis».

Diabolisation de la Russie

«Si vous cherchez un conflit avec la Russie, ce qui était d’ailleurs programmé, si c’est bien votre objectif, il faut donc diaboliser la Russie pour préparer le public à travers le monde pour qu’il accepte ce résultat», argumente l’interlocuteur de l’agence.

Il attire l’attention sur la nature des allégations avancées à l’égard de la Russie – ingérence présumée dans la présidentielle américaine, responsabilité de la situation en Syrie, empoisonnement présumé de l’ex-agent double russe à Londres. «Quoi d’autre attendre?», s’interroge-t-il?

«"J’ai brûlé mon toast, la faute aux Russes", "J’ai mis le feu à mon appartement, la faute aux Russes" – ça devient ridicule, car tout ce à quoi nous assistons est une campagne de propagande menée dans le but de diaboliser la Russie», s’exclame l’interlocuteur de l’agence.

Et, selon lui, l’appel à boycotter la Coupe du Monde en Russie fait partie de cette campagne.

«Ce sont différentes [facettes, ndlr] d’un seul et même réseau qui veulent créer l’illusion qu’ils agissent indépendamment les uns des autres. Mais c’est faux. Ils avancent un programme coordonné», a conclu David Icke.

Dossier:
La Russie, pays hôte du Mondial 2018 (131)

Lire aussi:

Moscou appelle à ne pas "diaboliser" Bachar el-Assad
«Largement soutenus, les Casques blancs sont toujours là où les islamistes font la guerre»
La Coupe du Monde 2018 n’est pas les JO de Berlin 1936… et son boycott fait un bide
Tags:
influence, instrumentalisation, révolution, changement de régimes, diabolisation, ONG, Fondation Soros, Avaaz, Casques blancs syriens, George Soros, Alcester (Etats-Unis), Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik