La Russie pourrait jouer un rôle nouveau dans le règlement du problème nucléaire iranien (politologue)

La Russie pourrait jouer un rôle nouveau dans le règlement du problème nucléaire iranien, a estimé mardi à Moscou Alexeï Arbatov, directeur du Centre de sécurité internationale à l'Institut académique de l'Economie mondiale et des Relations internationales.

MOSCOU, 18 avril - RIA Novosti. La Russie pourrait jouer un rôle nouveau dans le règlement du problème nucléaire iranien, a estimé mardi à Moscou Alexeï Arbatov, directeur du Centre de sécurité internationale à l'Institut académique de l'Economie mondiale et des Relations internationales.

Intervenant lors de la réunion du comité "La Russie dans l'Europe unifiée", il a noté que la Russie pourrait jouer un "rôle de coordinateur" dans le rapprochement des positions des pays occidentaux, de la Chine et de l'Inde. Le chercheur russe a indiqué que les négociations sur le problème nucléaire iranien rappelaient le marchandage dans un bazar oriental. "Mener des négociations avec l'Iran équivaut à marchander autour d'un prix dans un bazar oriental: tout change constamment et on ne sait jamais où est la vérité et où est le bluff", a-t-il dit.

"A l'avenir, le rôle de la Russie pourrait consister à aider à élaborer une position unique des parties en négociation, à savoir les Etats-Unis, l'Europe, la Chine et l'Inde", a-t-il indiqué.

Au cas où les négociations avec l'Iran se retrouveraient dans l'impasse, la Russie pourrait aussi utiliser certains moyens de pression contre Téhéran.

"La Russie pourrait faire comprendre à l'Iran que la centrale nucléaire de Bushehr n'est pas une vache sacrée et que si les choses en venaient à des sanctions elle pourrait laisser la centrale non achevée, comme l'avait fait, en son temps, l'Occident", a estimé le politologue russe.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала