Les élites russes sur la Côte d'Azur et ailleurs...

Donc, la règle principale à suivre au cours des vacances (si on les passe en compagnie d'oligarques), c'est de se faire des amis çà et là: on ne sait jamais lequel des jeunes hommes d'affaires deviendra un jour un deuxième Abramovitch, ni lequel des fonctionnaires aujourd'hui inconnus occupera demain le poste de premier ministre, voire de président...
Par Mila Kouzina, du journal "Moskovski Komsomolets"

Les voies de la migration vacancière conduisent les fonctionnaires et les oligarques russes sur le littoral méditerranéen de la France, de l'Italie, de la Croatie et du Monténégro... Cet été, par exemple, Vladimir Potanine a chanté en karaoké à Monaco, et Viktor Zoubkov au Monténégro...

Par contre, à Cannes et à Nice, la vie mondaine a quelque peu perdu de son intensité, faisant place au repos en famille. Nombre d'hommes d'affaires russes y sont venus avec leur clan, enfants et nounous compris, et sont restés un mois entier, confortablement installés dans leurs villas.

Les touristes natifs des différentes régions de la Russie, reconnaissables à leur voix forte et leur accent caractéristique, ont littéralement envahi les rues de Cannes. Sans doute ces provinciaux aisés voulaient-t-ils se familiariser avec les endroits fréquentés jadis par la famille impériale. Ses membres se rendirent en leur temps sur la Côte d'Azur par une voie ferrée construite spécialement pour eux.

En août dernier, les Français se sont longtemps demandé ce que faisait, sur un quai cannois, un ensemble de musiciens ingouches. Le mystère a fini par se dissiper: les artistes étaient venus prendre part au Festival de l'art russe. Cette explication n'a pas manqué d'étonner davantage les habitants locaux: qui sont les Ingouches et pourquoi sont-ils venus à la place des Russes? "L'Ingouchie fait partie de la Russie", a répondu à ceux qui l'ignoraient le président de cette petite république, Mourat Ziazikov. Il s'est promené, lui aussi, sur la Croisette non loin de ses musiciens. Un soir, il a assisté à une réception solennelle à l'occasion de l'anniversaire de la Libération de la ville. L'Ingouchie, il est vrai, n'a rien à voir avec cette date mémorable. La Russie non plus. Mais cela n'a pas empêché M. Ziazikov de remettre une médaille d'honneur au maire de Cannes Bernard Brochand.

Les Russes sont allés jusqu'à faire venir le croiseur "César Kounikov", rattaché à la Flotte de la mer Noire. Mouillant en rade de Cannes, ce géant d'acier offrait un contraste frappant avec le yacht blanc d'Elton John. Pendant qu'une fanfare de la Marine russe amusait le public massé devant le Palais des Festivals.

En revanche, à Monaco la vie était plus gaie et plus glamour. Vladimir Potanine y vient régulièrement avec sa femme et ses enfants. Cet été, après avoir disputé pour la dernière fois le championnat du monde de jet-ski, sa fille Anastassia a célébré la fin de sa carrière sportive. A cette occasion, son père à invité tout le monde à chanter en karaoké et a bousculé la sobriété de rigueur. Pour la première fois, l'alcool a fait son apparition au cours d'une de ces fameuses soirées "after" que les sportifs organisent habituellement après les compétitions. On dit qu'Anastassia s'occupera désormais de la construction des pistes de ski alpin pour les jeux olympiques de 2014 à Sotchi.

"Sans yacht, il n'y a rien à faire en Sardaigne. Je n'irai pas avec vous", a répondu une "lionne mondaine" à un homme d'affaires moscovite qui l'a invitée à passer les vacances ensemble. En effet, une multitude de yachts croisent autour de l'île. L'un d'entre eux appartient au banquier Alexandre Mamout. Cet été, on l'a vu à Nice et à Cannes. C'est la lionne qui avait raison: avec un yacht, on est partout. Sans yacht, on doit rester dans sa villa à mener une vie de retraité.

Cette année, la traditionnelle surprise-partie organisée par le roi de l'alcool Roustam Tariko a été un échec. Et lequel! L'année dernière, les invités VIP étaient légion. Même Silvio Berlusconi s'était déplacé pour serrer la main à M. Tariko. Cette fois-ci, il n'y avait que des cadres d'échelon moyen et un paire d'imprésarios. Déçu, l'oligarque a décidé de ne plus organiser de soirées au club "Billionaire".

Certes, tous les hommes d'affaires et les fonctionnaires ne peuvent se permettre d'aller dans une station balnéaire fréquentée. Soit parce qu'ils occupent des postes qui les empêchent de se montrer en compagnie d'oligarques, soit parce qu'ils sont retenus par les devoirs de leur charge. Par contre, leurs conjointes - actuelles ou "ex" - s'empressent de converger vers l'épicentre de la vie mondaine. Ainsi, à la surprise générale, l'ex-épouse du "détenu de Ioukos" Platon Lebedev a fait son apparition à Nice. De son côté, la femme du ministre des Finances, Irina Koudrina, est venue faire un séjour sur le littoral italien, à Forte dei Marmi.

Quant à ceux qui sont attachés à leurs proches et amis, ils ont préféré ne pas changer d'habitudes. Ainsi, l'éditrice Paulina Deripaska (Ioumacheva), épouse d'un des hommes d'affaires les plus riches du pays, a caboté, en Méditerranée, sur un yacht en compagnie de ses amies et de son demi-frère Boris Eltsine (petit-fils de l'ex-président russe, ndlr.). Cet été, de même que l'hiver passé, son mari Oleg Deripaska a passé ses vacances loin d'elle.

La Croatie et le Monténégro jouissent depuis peu d'une popularité sans précédent parmi les élites russes. Ce n'est pas sans raison qu'un des multiples yachts de Roman Abramovitch a été remarqué au large de la côte monténégrine.

C'est toujours le Monténégro que le futur premier ministre Viktor Zoubkov a choisi pour se détendre au début du mois de septembre. Non, il n'y est pas venu en vacancier, mais en tant que directeur du Service fédéral de suivi financier (Rosfinmonitoring), pour prendre par au 1er Festival national bancaire de Russie. Chaque jour, un vaste choix de distractions était offert aux festivaliers. Tout le monde s'amusait, se faisait des amis, sauf M. Zoubkov qui préférait se tenir à l'écart. Il faut dire d'ailleurs que les banquiers russes ne cherchaient pas non plus à trop attirer l'attention du principal contrôleur financier du pays sur leur activité. Or, le désir de se distraire a triomphé de la modestie de M. Zoubkov, et il s'est décidé à prendre part à un concours de karaoké. Ayant choisi la chanson "Et Lénine, alors tout jeune...", il l'a chantée avec une maestria digne d'un véritable professionnel. Cette prestation lui a valu le premier prix. Une semaine après son retour à Moscou, M. Zoubkov a été nommé premier ministre. Les banquiers doivent à présent se mordre les doigts d'avoir prêté si peu d'attention au directeur du Rosfinmonitoring.

Donc, la règle principale à suivre au cours des vacances (si on les passe en compagnie d'oligarques), c'est d'être constamment sur ses gardes, de distribuer des sourires à droite et à gauche, et de se faire des amis çà et là: on ne sait jamais lequel des jeunes hommes d'affaires deviendra un jour un deuxième Abramovitch, ni lequel des fonctionnaires aujourd'hui inconnus occupera demain le poste de premier ministre, voire de président...

(Publié dans journal "Moskovski komsomolets" le 28 septembre 2007. Version abrégée)

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала