Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

AutoVAZ: Renault veut maintenir sa part à hauteur de 25%

© RIA Novosti . Yuri Strelets / Aller dans la banque de photosAutoVAZ: Renault veut maintenir sa part à hauteur de 25%
AutoVAZ: Renault veut maintenir sa part à hauteur de 25% - Sputnik France
S'abonner
Le groupe français Renault souhaiterait maintenir sa part dans le constructeur automobile russe dans la tourmente AvtoVAZ à hauteur de 25%, a annoncé vendredi aux journalistes le président du groupe public russe Rostekhnologuii Sergueï Tchemezov.

Le groupe français Renault souhaiterait maintenir sa part dans le constructeur automobile russe dans la tourmente AvtoVAZ à hauteur de 25%, a annoncé vendredi aux journalistes le président du groupe public russe Rostekhnologuii Sergueï Tchemezov.

Interrogé sur la possibilité d'augmenter la part de Renault au sein du constructeur AvtoVAZ, Sergueï Tchemezov a répondu: "les Français sont d'accord pour maintenir leur part au niveau de 25%".

A l'instar de Renault, Rostekhnologuii et Troïka Dia détiennent 25% plus une action du russe AvtoVAZ.

La crise économique a frappé de plein fouet l'ensemble des constructeurs automobiles russes. La baisse de la demande qui atteindra 50% cette année, selon les prévisions du ministère russe du Développement économique, a obligé les entreprises à arrêter les lignes d'assemblage et de licencier une partie de leur personnel.

En octobre dernier, le premier ministre Vladimir Poutine avait déclaré que l'alliance Renault-Nissan, qui possède le bloc de contrôle dans AvtoVAZ, devait participer à son financement, à défaut de quoi sa part dans le capital du constructeur russe pourrait être revue. M.Poutine a rappelé que la première tranche de crédit public à AvtoVAZ, à hauteur de 25 milliards de roubles (560 millions d'euros) devait empêcher de diluer les parts détenues par les actionnaires de la compagnie.

Le secrétaire général adjoint de Renault Christian Estève a déclaré que le groupe français n'envisageait pas de verser des financements supplémentaires au géant automobile russe, mais s'est montré prêt à apporter ses acquis dans le développement du savoir-faire et des technologies.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала