Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Washington prêt à associer Moscou au bouclier antimissile (Clinton)

© RIA Novosti . Eduard Pesov / Aller dans la banque de photosWashington prêt à associer Moscou au bouclier antimissile (Clinton)
Washington prêt à associer Moscou au bouclier antimissile (Clinton) - Sputnik France
S'abonner
Les Etats-Unis sont prêts à coopérer avec la Russie à l'implantation d'un bouclier antimissile en Europe, mais s'opposent à la conclusion du traité sur la sécurité européenne proposé par Moscou, a déclaré la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

Les Etats-Unis sont prêts à coopérer avec la Russie à l'implantation d'un bouclier antimissile en Europe, mais s'opposent à la conclusion du traité sur la sécurité européenne proposé par Moscou, a déclaré vendredi la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

Evoquant le système de défense antimissile (ABM) lors de son intervention à l'Ecole militaire de Paris, elle a fait savoir que ce système "pourrait s'étendre à la Russie, si elle décide de coopérer avec nous [les Etats-Unis]".

L'année dernière, le président américain Barack Obama a renoncé au déploiement d'un bouclier antimissile en Pologne et en République tchèque au motif que ce projet (très contesté par Moscou) était onéreux et peu efficace. Il a proposé de le remplacer par un autre système, "plus économe", dont les contours et les paramètres demeurent encore flous. 

Dans le même temps, la chef de la diplomatie américaine s'est opposée à la conclusion du traité sur la sécurité européenne préconisé par la Russie.

"Nous croyons qu'en matière de sécurité il vaut mieux poursuivre les objectifs communs dans le cadre des institutions existantes que négocier de nouveaux accords proposés par Moscou", a-t-elle affirmé.

Selon Mme Clinton, la proposition russe provoquerait "un processus long et compliqué", tandis que la sécurité du continent serait mieux protégée "dans le contexte des institutions existantes, l'OSCE et l'OTAN".

Après avoir réaffirmé l'opposition des Etats-Unis à l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie, elle a rappelé que Washington "ne cherchait pas a créer des lignes de partage entre voisins et partenaires".

"Il n'y a qu'une Europe. Une Europe partenaire des Etats-Unis, et une Europe incluant la Russie", a souligné la secrétaire d'Etat américaine.

Les principes du traité pour la sécurité européenne ont été formulés par le président russe Dmitri Medvedev lors du forum sur la sécurité internationale à Evian en octobre 2008. Le 29 novembre 2009, le projet de traité a été publié sur le site du chef de l'Etat russe. Il s'agit de garantir une sécurité égale pour tous les pays faisant partie de l'espace euro-atlantique. L'Occident rejette la proposition russe, accusant Moscou de vouloir scinder l'unité de l'OTAN.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала