Haut-Karabakh: pas d'observateurs de l'APCE aux législatives (Çavusoglu)

© RIA Novosti . Ilya Pitalev / Aller dans la banque de photosHaut-Karabakh: pas d'observateurs de l'APCE aux législatives (Çavusoglu)
Haut-Karabakh: pas d'observateurs de l'APCE aux législatives (Çavusoglu) - Sputnik France
L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe n'enverra pas d'observateurs aux législatives en République autoproclamée du Haut-Karabakh le 23 mai prochain, a déclaré le président de l'APCE Mevlüt Çavusoglu.

L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe n'enverra pas d'observateurs aux législatives en République autoproclamée du Haut-Karabakh le 23 mai prochain, a déclaré jeudi le président de l'APCE Mevlüt Çavusoglu, en visite à Erevan.

"Lors d'une réunion du Bureau de l'APCE en avril dernier, il a été décidé de ne pas envoyer d'observateurs dans la zone de conflit", a indiqué M.Çavusoglu lors d'une conférence de presse.

Et d'expliquer que, selon la tradition, ni l'APCE ni le Conseil de l'Europe n'envoyaient leurs observateurs aux élections dans les zones des conflits "gelés".

Le conflit du Haut-Karabakh a éclaté en février 1988, lorsque cette région autonome principalement peuplée d'Arméniens a annoncé son intention de se séparer de l'Azerbaïdjan. En septembre 1991, les autorités régionales ont proclamé la création de la République du Haut-Karabakh avec Stepanakert pour capitale.

En réponse, Bakou a annulé l'autonomie de la région, déclenchant des hostilités entre l'armée azerbaïdjanaise et les formations arméniennes du Haut-Karabakh soutenues par Erevan et par la diaspora arménienne. Le conflit s'est poursuivi jusqu'à l'entrée en vigueur d'une trêve entre les belligérants le 12 mai 1994. L'Azerbaïdjan a perdu le contrôle du Haut-Karabakh et de sept districts adjacents à la région sécessionniste.

Des négociations sur le règlement pacifique du conflit sont menées depuis 1992 dans le cadre du Groupe de Minsk de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) coprésidé par les Etats-Unis, la France et la Russie. L'Azerbaïdjan insiste sur la sauvegarde de son intégrité territoriale, alors que l'Arménie défend les intérêts du Haut-Karabakh qui n'est pas partie prenante aux négociations.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала