La zone euro face aux réformes structurelles

La zone euro face aux réformes structurelles
La zone euro face aux réformes structurelles - Sputnik France

De puissantes injections financières de l'UE  dans  l'économie  déficitaire  de la Grèce rappellent l'extinction de l'incendie. Mais où est la garantie qu'il ne se déclarera  pas dans un autre pays de la  zone euro? Cela inquiète les politiques russes (l'Union européenne - est le plus gros  partenaire commercial de la Fédération de Russie),  et les citoyens ordinaires -   titulaires des dépôts en monnaie    européenne. C'est qu'en un mois,  à cause de la chute du cours de l'euro,  leurs dépôts ont été dévalorisés  de presque   3 %. Bref, la situation en Europe  touche   directement nos intérêts. Et quelle est l'issue ? -  cette  question était adressée  au  recteur de l'Ecole Russe de l'économie   Sergei Gouriev :

Quand,  dans les années 90,   le FMI assignait de l'argent  à  la Russie, il déterminait   cela par la nécessité d'organiser  des transformations structurelles de l'économie. Le même moyen est appliqué maintenant aux pays de la  zone euro. La Grèce a reçu  une tranche de crédit  sans toute  condition,  tout  simplement,  il n'y avait  pas de  temps. Mais, croyez-moi, dans un mois ou deux, dans la situation analogique,   des   conditions seront  avancées.    Non seulement la Grèce, mais aussi une série d'autres États,  «des maillons  faibles»  de  la  zone  euro,  ont besoin de   reconstruction structurelle de l'économie   Ils dépensent  trop, en excédant toutes les planchettes raisonnables   du déficit admissible du budget. Leurs dettes nationales   sont excessives, mais, souvent, ils les cachent tout simplement. Mais les mécanismes du réglage  sont  absents, parce que l'UE  est une  construction molle,  inachevée.   Ce n'est pas   par hasard  que   la Commission européenne a proposé d'examiner les budgets des pays avant leur adoption  par les parlements nationaux. C'est-à-dire,  certains  pays de la zone euro contrôleront les autres ... Mais il y a encore des propositions d'arrêter automatiquement les dépenses des pays  qui violent les critères   de Maastricht.

Les économies  émergeantes   bousculent de plus en plus le Vieux Monde. «Pour tenir ferme dans la compétition, l'Union européenne, probablement, renoncera   à ses  plans initiaux de l'élargissement», -  croit  le conseiller du ministre du développement économique de   Russie Evgeny Nadorchine :    

Presque  surement,   maintenant,  il n'y aura pas  de grand nombre des pays admis  dans  la  zone euro.  Elle   est déjà trop hétérogène   ce  qui empêche  le fonctionnement  normal.     Probablement,   l'Islande  sera admise et ce sera tout. Je suis aussi persuadé que certains   États  devront sacrifier  leur souveraineté, unifier la législation dans le cadre de l'UE   C'est un  processus douloureux, particulièrement pour les nouveaux membres  de la  zone euro.  Pour la  République Tchèque, notamment,  dont le   leader, le président Vaclav Klaus   est un   eurosceptique connu.  L'unification des législations des pays de la zone de l'euro deviendra   une épreuve    originale  de leur viabilité. Si les Européens passent cet "examen", donc,  leur union monétaire recevra toutes les chances d'un  développement dynamique dans l'avenir.

Mais si  ce n'est pas le cas ? Alors, - trouvent les experts russes, - en Europe, il y aura  simplement pour de  longues années   un certain espace avec la  monnaie commune, mais inefficace, assez hétérogène  et   à  problèmes ...

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала