Drogue: Moscou approuve le rapport de l'ONUDC

© RIA Novosti . Ruslan Krivobok  / Aller dans la banque de photosViktor Ivanov
Viktor Ivanov - Sputnik France
Moscou est d'accord avec les dispositions du rapport de l'ONU sur la production et le trafic de drogue et juge ce document utile et pertinent, a déclaré le chef du Service fédéral russe de contrôle des stupéfiants (FSKN) Viktor Ivanov.

Moscou est d'accord avec les dispositions du rapport de l'ONU sur la production et le trafic de drogue et juge ce document utile et pertinent, a déclaré le chef du Service fédéral russe de contrôle des stupéfiants (FSKN) Viktor Ivanov.

"La Fédération de Russie partage à bien des égards les appréciations et l'analyse contenues dans le rapport, y compris en ce qui concerne les efforts de la communauté internationale visant à mettre en œuvre les déclarations politiques", a affirmé M.Ivanov qui a assisté à la présentation du document à Washington en compagnie de son homologue américain, le chef du Bureau pour la politique nationale de contrôle des stupéfiants Gil Kerlikowske.

L'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a présenté mardi un rapport constatant que la consommation mondiale de stupéfiants avait augmenté en premier lieu grâce à l'élargissement des marchés des pays en développement. Les experts de l'ONU soulignent que l'Afghanistan fournit environ 90% de l'héroïne consommée dans le monde. Selon l'ONUDC, le marché mondial de cette drogue est évalué à environ 55 milliards de dollars. Concentré essentiellement autour de l'Afghanistan, il englobe la Russie, l'Iran et les pays d'Europe occidentale qui consomment globalement près de la moitié de l'héroïne produite dans le monde.

Après avoir félicité le directeur de l'ONUDC Antonio Maria Costa pour son "analyse profonde et intéressante de la situation actuelle et des tendances qui s'esquissent", M.Ivanov a souligné que le trafic de stupéfiants exerce un effet déstabilisateur sur les pays affectés par ce fléau.

"S'agissant de la mondialisation, on se rappelle involontairement la «théorie du linkage» d'Henry Kissinger [ex-secrétaire d'Etat américain] selon laquelle il existe un lien entre les événements qui surviennent dans différentes régions du monde. Appliquant cette théorie au trafic de stupéfiants, nous constatons l'aggravation de l'extrémisme et de l'instabilité dans les pays de transit de la drogue", a conclu le chef du FSKN.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала