Disparition d'opposants en Biélorussie: le CS de l'ONU invité à enquêter

© RIA Novosti . Sergey Guneev / Aller dans la banque de photosAlexandre Loukachenko
Alexandre Loukachenko - Sputnik France
Les leaders de l'opposition et les défenseurs des droits de l'homme biélorusses ont demandé au Conseil de sécurité de l'ONU de lancer une enquête internationale sur la disparition d'opposants politiques au président Alexandre Loukachenko en 1999-2000, rapporte le correspondant de RIA Novosti à Minsk.

Les leaders de l'opposition et les défenseurs des droits de l'homme biélorusses ont demandé au Conseil de sécurité de l'ONU de lancer une enquête internationale sur la disparition d'opposants politiques au président Alexandre Loukachenko en 1999-2000, rapporte le correspondant de RIA Novosti à Minsk.

Plusieurs opposants influents au régime de Loukachenko ont disparu sans laisser de traces pendant cette période. Il s'agit notamment de l'ancien ministre de l'Intérieur Iouri Zakharenko, de l'ex-président de la Commission électorale centrale Viktor Gontchar, de l'entrepreneur Anatoli Krassovski et du cameraman de la chaîne de télévision russe ORT Dmitri Zavadski. Tout en niant la responsabilité des autorités biélorusses, M.Loukachenko a dans le même temps refusé  l'aide à la recherche de ces personnes proposée par d'autres pays.

"Les militants sociaux et les avocats des parents et des proches des personnes disparues ont utilisé tous les mécanismes intérieurs, régionaux et internationaux de protection judiciaire, sans aucun résultat. Le dirigeant biélorusse Alexandre Loukachenko, qui se maintient au pouvoir depuis l'époque de ces disparitions, n'a pas réuni les conditions nécessaires pour une enquête impartiale et entravé les efforts de la communauté internationale visant à élucider le sort des personnes disparues", indique le message publiée vendredi.

Le message est adressé aux ministres des Affaires étrangères des membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU: la Russie, les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne et la Chine.

Ses auteurs se réfèrent à la résolution de l'ONU faisant état de l'enlèvement de personnes en Biélorussie et au rapport ad hoc de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe préparé par le parlementaire chypriote Christos Pourgourides.

Ce dernier document "a constaté la participation de hauts fonctionnaires biélorusses à la disparition de quatre personnes en 1999-2000. Le rapport a également établi que des démarches visant à dissimuler la vérité sur ces disparitions avaient été entreprises à l'échelon supérieur de l'Etat biélorusse", souligne le message.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала