Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Syrie: Moscou hostile à la résolution de l'Onu

© RIA NovostiL'Assemblée générale de l'Onu
L'Assemblée générale de l'Onu - Sputnik France
S'abonner
La Russie n'a pas soutenu la résolution de l'Assemblée générale de l'Onu condamnant le régime syrien, a annoncé mardi à l'issue du vote l'adjoint du représentant permanent de la Russie à l'Onu, Sergueï Karev.

La Russie n'a pas soutenu la résolution de l'Assemblée générale de l'Onu condamnant le régime syrien, a annoncé mardi à l'issue du vote l'adjoint du représentant permanent de la Russie à l'Onu, Sergueï Karev.

"La Russie est hostile à l'examen de résolutions unilatérales et sélectives par les organes de l'Onu", a-t-il déclaré, avant d'ajouter que cette pratique était incapable de résoudre les problèmes existants dans le domaine des droits de l'homme.

L'Assemblée générale de l'Onu a adopté mardi par 122 voix pour, 13 contre et 41 abstentions, dont la Russie et la Chine, une résolution dénonçant les "exécutions arbitraires et l'usage excessif de la force" en Syrie. Elle appelle les "autorités syriennes à cesser immédiatement toutes les violations des droits de l'homme".

"Nous nous basons sur le principe affirmant que la défense des droits des citoyens relève des Etats eux-mêmes, le rôle de la communauté internationale se limitant à accorder une assistance dans ce domaine", a poursuivi le diplomate.

M. Karev a toutefois souligné la nécessité de mettre fin aux violences en Syrie, quelle que soit leur source.

"On ne peut pas omettre les efforts déployés par les autorités syriennes en vue des réformes. Le processus est en cours et ne doit pas être torpillé par l'opposition et ses partisans", a-t-il expliqué.

Début octobre, Pékin et Moscou ont opposé leur veto à un projet de résolution du Conseil de sécurité de l'Onu sur la Syrie.

Depuis la mi-mars, la Syrie est secouée par un mouvement de contestation du régime en place. Selon l'Onu, la répression de la révolte y aurait déjà fait plus de 3.500 morts. Damas dément se chiffre et affirme que le pays est en proie à des bandes armées financées depuis l'étranger.

 

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала