Les observateurs de la Ligue arabe aideront-ils à régler la situation en Syrie?

© Photo: EPALes observateurs de la Ligue arabe aideront-ils à régler la situation en Syrie?
Les observateurs de la Ligue arabe aideront-ils à régler la situation en Syrie? - Sputnik France
Les autorités syriennes ont accepté l'envoi d'observateurs de la Ligue Arabe, qui devront se rendre compte du processus de sortie de crise.

Les autorités syriennes ont accepté de laisser entrer dans le pays des observateurs de la Ligue arabe. Le ministre syrien des Affaires Étrangères, Valid Mouallem a adressé dimanche soir une lettre au secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al-Arabi. Conformément à la feuille de route de la Ligue, des observateurs des États arabes assureront le suivi de l’arrêt des violences et de l’évolution politique en Syrie durant une période de transition.

Les analystes évaluent la démarche des autorités syrienne. D’un côté, cela ne paraît pas si mauvais. Les événements dans le pays ne seraient plus couverts par les seules chaînes de télévision occidentales et arabes, dont le caractère engagé est connu, mais par des experts internationaux.

Des observateurs indépendants?

D’un autre côté, il y a des raisons de douter de l’indépendance des observateurs. «Bien des représentants de la Ligue Arabe servent les intérêts des Etats-Unis. Certes, il y a des Etats qui ont une position plus modérée. Mais en ce qui concerne, par exemple, les pays du Golfe Persique, la tendance proaméricaine est certaine. En fait la soi-disant initiative arabe ne va faire que légitimer une ingérence  étrangère. Par conséquent, les rapports de leurs observateurs n’ont pour vocation que d’aggraver le conflit en Syrie», estime le politologue libanais Galeb Kindil.

Les experts russes sont aussi nombreux à mettre en doute l’aptitude des observateurs de la Ligue arabe à  donner une évaluation impartiale aux événements en Syrie.

«Les activités de la délégation seront dès le début politiquement engagées et prendront forme d’exigences unilatérales envers le gouvernement syrien. Il n’y aura donc aucun effet positif pour le pays et ses citoyens. Les observateurs demandent de les laisser circuler librement dans le pays. Mais comme nous le savons de l’expérience d’autres pays, où se sont rendus des journalistes et des experts étrangers engagés, des provocations ont souvent eu lieu. Le moindre incident sera immédiatement filmé par leurs caméras. On ne peut non plus exclure que certains observateurs puissent  même coordonner les actions (des opposants). Cela se déroule sur fond de propositions assez douteuses de la France et de la Turquie pour créer de prétendus corridors humanitaires et zones tampon», estime le vice-président de l’organisation «Vetche», Vladimir Orlov.

On a vu quelque chose de semblable en son temps en Yougoslavie. On a entendu alors aussi des termes comme «sanctions économiques» ou «corridors humanitaires». Les autorités ont aussi accepté de laisser entrer des observateurs indépendants. Quelques semaines plus tard les bombes de l’OTAN ont commencé à pleuvoir sur le pays.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала