Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Ukraine: pas d'élections démocratiques sans Timochenko (Conseil de l'Europe)

© RIA Novosti . Andrey Stenin / Aller dans la banque de photosIoulia Timochenko
Ioulia Timochenko - Sputnik France
S'abonner
Le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Thomas Hammarberg, estime que des élections démocratiques sont inconcevables en Ukraine sans la participation de l'ex-première ministre et leader du parti Batkivtchina (Patrie) Ioulia Timochenko, rapporte le site de cette dernière.

Le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Thomas Hammarberg, estime que des élections démocratiques sont inconcevables en Ukraine sans la participation de l'ex-première ministre et leader du parti Batkivtchina (Patrie) Ioulia Timochenko, rapporte le site de cette dernière.

"La tenue d'élections démocratiques sans la participation de la dirigeante du plus grand parti d'opposition ukrainien, Ioulia Timochenko, ainsi que d'autres opposants, est inadmissible", a déclaré M. Hammarberg lors d'une rencontre avec la fille de Mme Timochenko, Evguenia, et le vice-président du parti, Grigori Nemyria, à Strasbourg.

L'ancienne première ministre purge actuellement sa peine de sept ans dans une prison de Kharkov (est). Ses partisans assurent néanmoins qu'elle sera désignée tête de liste du parti aux élections législatives prévues en Ukraine en octobre prochain.

Mme Timochenko a été condamnée en octobre dernier pour avoir outrepassé ses compétences de chef du gouvernement lors de la signature du contrat gazier entre les groupes Naftogaz Ukraine et Gazprom en janvier 2009. Un tribunal de Kiev l'a reconnue coupable d'avoir falsifié les documents autorisant les livraisons de gaz russe à des prix jugés pénalisants pour l'Ukraine.

Les avocats et les supporters de l'intéressée estiment que les poursuites pénales engagées à son encontre sont politiquement motivées. Les autorités ukrainiennes réfutent cette accusation.

Selon un communiqué mis en ligne le 13 janvier 2012 sur le site de Mme Timochenko, le président du Parlement européen Jerzy Buzek a réclamé la libération immédiate de l'ex-première ministre, soulignant que sa remise en liberté était une condition sine qua non du bon développement des relations entre l'Ukraine et l'UE.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала