Syrie/sommet UE: la position de Moscou et de Pékin pas examinée (Van Rompuy)

Réunis à Bruxelles pour un sommet de deux jours, les chefs d'Etat et de gouvernement des 27 pays de l'UE n'ont pas évoqué la position de la Russie et de la Chine sur la Syrie, a annoncé le président du Conseil de l'UE, Herman Van Rompuy.

Réunis à Bruxelles pour un sommet de deux jours, les chefs d'Etat et de gouvernement des 27 pays de l'UE n'ont pas évoqué la position de la Russie et de la Chine sur la Syrie, a annoncé vendredi le président du Conseil de l'UE, Herman Van Rompuy.

"Nous n'avons pas discuté de la position de la Russie ni de la Chine, mais nous percevons certaines avancées dans l'attitude de ces deux pays", a déclaré M.Van Rompuy sans préciser pour autant de quelles avancées concrètes il s'agissait.

Tout en soulignant que Moscou et Pékin étaient tout à fait souverains dans leurs faits et gestes, le président du Conseil européen les a exhortés à "rejoindre l'UE afin d'arrêter la violence".

Préoccupées par une possible réédition du "scénario libyen", la Russie et la Chine se sont jusque-là opposées à tous les projets de résolution du Conseil de sécurité de l'Onu sanctionnant la répression des manifestations par le régime de Bachar al-Assad.

Néanmoins, la Russie a dernièrement pris quelques distances avec Damas.

"Il est très clair qu'il y a de sérieux problèmes internes. Les réformes proposées (par le régime) auraient évidemment dû être menées depuis longtemps", a notamment reconnu vendredi le premier ministre Vladimir Poutine.

Depuis la mi-mars 2011, la Syrie est secouée par un mouvement de contestation du régime en place. Selon l'Onu, la répression de la révolte y aurait déjà fait plus de 7.500 morts. En outre, près de 2.000 policiers et militaires syriens ont été tués par des insurgés.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала