Les centrales nucléaires russes ont passé les stress tests avec brio

© Photo: RIA NovostiLes centrales nucléaires russes ont passé les stress tests avec brio
Les centrales nucléaires russes ont passé les stress tests avec brio - Sputnik France
Les scientifiques nucléaires russes sont prêts à tous les défis que leur lancera la nature. Rostekhnadzor, l’organisme russe qui s’occupe de la sécurité industrielle, s’est dit satisfait des stress tests des centrales nucléaires situées dans le pays. Les exigences de fiabilité des installations nucléaires en Russie correspondent entièrement aux normes internationales établies pour les centrales nucléaires dans les pays de l’Union européenne. Et les tests ont confirmé la sécurité de centrales nucléaires russes en cas d’intempéries, ou des catastrophes technologiques.
Les stress tests regroupent un ensemble d’épreuves, à l’issue desquelles on peut voir comment les installations industrielles se comportent en cas des situations d'urgence. La décision de procéder à ces inspections a été faite partout dans le monde et en Russie après l'accident, survenu à la centrale nucléaire japonaise «Fukushima-1».

«En mars et avril 2011, des inspections ont été menées sur toutes les centrales nucléaires russes», affirme Andreï Timonov, représentant officiel de l’organisation Rosenergoatom, dans une interview accordée à Voix de la Russie . «Ces inspections avaient pour but de vérifier toutes les centrales russes pour savoir si elles sont résistantes en cas de pannes ou d’avaries. L’étape suivante a consisté à effectuer des stress tests. En fait, toutes les centrales sont conçues pour être exposées à des conditions météorologiques extrêmes, qu’elles soient d’influence interne et externe. Toutes nos installations ont été conçues et sont prêtes à des séismes possibles, en tenant compte non seulement des possibles secousses d’amplitude maximale pour la région, mais aussi des séismes d’amplitude maximale calculée. Autrement dit, si sur le territoire, où se trouve la centrale nucléaire se produit un séisme de force 5 à l’échelle de Richter, l’installation devrait être capable de supporter des secousses allant jusqu’à 7 points. Des scénarios presque improbables, comme des conditions de tsunami ont été appliquées aux centrales nucléaires russes lors du déroulement des stress-tests. Et par la suite, la commission a dressé un bilan et fait des conclusions».

Dix centrales nucléaires sont actives actuellement en Russie, et sur ces centrales fonctionnent 33 unités de puissance. Des études ont montré que toutes les centrales russes ont réussi les stress tests et sont désormais prêtes à supporter les épreuves que leur apportera la nature. Les centrales nucléaires russes correspondent à toutes les exigences sur le plan de la sécurité nucléaire et radiologique, affirme Rosenergoatom. Et ces résultats ne sont pas une surprise – les centrales russes (tout comme les centrales soviétiques) sont considérées parmi les plus sûres au monde, explique l'analyste Sergueï Khestanov.

«Un très grand nombre de blocs énergétiques ont été construits en Russie encore à l’époque soviétique, lorsque les normes de résistance étaient très, très élevées. En outre, les accidents qui se sont produits sur les centrales nucléaires nationales ne sont pas liés à des défaillances en matière de la sécurité, il s’agissait des erreurs grossières des employés des centrales, qui ont décidé de prendre des mesures volontaristes, et contraires à toutes les normes de sécurité. La sécurité des centrales russes se trouve à un niveau très élevé. Cela est notamment lié au fait que pendant la phase de conception, les décisions techniques prises étaient surtout basées sur la simplicité et la fiabilité technologique, et non pas sur la volonté d'obtenir la puissance maximale à n'importe quel prix».

Les indicateurs positifs des stress tests sont importants non seulement pour les principaux facteurs économiques de ce secteur. Aujourd’hui, il est important d’assurer un retour à l'atome pacifique, estiment les experts. Et le déroulement de ce genre de tests dans les pays où les centrales nucléaires sont utilisées, devrait contribuer à éliminer le soi-disant «syndrome de post-Fukushima». En grande partie, c’est sous l’influence de cette peur, que la décision de fermer des centrales nucléaires en activité a été prise, notamment en Allemagne. Outre le fait qu'une telle décision risque de coûter cher, les experts soulignent qu’il ne sera pas facile de combler la pénurie croissante de l'énergie. Tôt ou tard, il y aura une renaissance de l'atome pacifique, estime le directeur du Centre international pour l’éducation en matière de la sûreté nucléaire Viktor Mourogov.

«Les sources alternatives sont parfaites pour une utilisation locale et nationale. Pour l'industrie, les niveaux actuels de fabrication de l’énergie sont inacceptables. C’est pourquoi nous avons effectué à l’Institut Kourtchatov des pronostics pour 2050. Même si nous utilisons toutes les sources d'énergie disponibles, sans réfléchir lequel est mieux qu’un autre, nous aurons quand-même un déficit d’énergie de 20%. Ainsi, chaque année, une petite Allemagne naît dans le monde. Chaque année, nous avons besoin d'augmenter la production de pétrole et de gaz d’une centaine de millions de tonnes en équivalent énergétique. D’où allons nous prendre cette énergie? Près de la moitié de l'humanité – c’est l'Inde et la Chine. Mis à part le charbon, ils n’ont pas d’autres sources pour fabriquer l’énergie. La seule solution pour ces pays – c’est le nucléaire. Et ce n'est pas une coïncidence, que la Chine prévoit de produire plus d’électricité vers le milieu de ce siècle que toute la production mondiale. C’est ça, la réalité».

Au terme des stress tests qu’ont subi les centrales nucléaires russes, une décision de les équiper avec des dispositifs supplémentaires, qui pourraient neutraliser les effets d’un accident éventuel ont été prises. Les centrales nucléaires en Russie sont déjà partiellement équipées de groupes électrogènes diesel-mobiles, capables de fournir le courant électrique à tous les mécanismes de centrales nucléaires. Par ailleurs, les stations mobiles possèdent des pompes qui peuvent effectuer l’approvisionnement en eau dans des volumes nécessaires pour refroidir le cœur du réacteur.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала