Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Syrie: Londres appelle au dialogue avec Moscou et Pékin

S'abonner
Les actions du président syrien Bachar al-Assad provoqueront une guerre civile ou une révolution et il faut donc rechercher une solution au problème syrien en coopération avec la Russie et la Chine, a déclaré à Washington le premier ministre britannique David Cameron.

Les actions du président syrien Bachar al-Assad provoqueront une guerre civile ou une révolution et il faut donc rechercher une solution au problème syrien en coopération avec la Russie et la Chine, a déclaré mercredi à Washington le premier ministre britannique David Cameron.

"Nous devons discuter avec la Russie et la Chine en vue d'élaborer une nouvelle résolution du Conseil de sécurité de l'ONU… Nous souhaitons que la situation soit réglée par les moyens politiques, mais si M.Assad poursuit ses actions, il provoquera inévitablement une guerre civile ou une révolution", a indiqué M.Cameron lors d'une conférence de presse conjointe avec le président américain Barack Obama.

M.Obama a pour sa part noté que le président syrien quitterait son poste tôt ou tard. " A présent, nous focaliserons notre attention sur l'octroi d'une aide humanitaire aux civils en Syrie tout en exerçant des pressions politiques, diplomatiques et économiques sur le régime", a-t-il déclaré.

Depuis la mi-mars 2011, la Syrie est secouée par un mouvement de contestation du régime en place. Selon l'ONU la répression de la révolte y aurait déjà fait plus de 7.500 morts. Plus de 2.000 policiers et militaires ont été tués par des insurgés, selon les autorités syriennes. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) parle de plus de 8.500 morts.

La Russie et la Chine ont bloqué à deux reprises l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU condamnant la répression en Syrie, Moscou et Pékin étant préoccupés par une possible réédition du "scénario libyen". Les Etats-Unis ont initié la création d'un groupe d'Amis de la Syrie dont la première réunion s'est tenue le 24 février en Tunisie. Selon de nombreux experts, la rencontre n'a pas donné de résultats tangibles.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала