Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Le Parti Socialiste creuset de la Collaboration

© Photo: EPALe Parti Socialiste creuset de la Collaboration
Le Parti Socialiste creuset de la Collaboration - Sputnik France
S'abonner
Alors que dans les sondages plus ou moins orchestrés, François Hollande est en tête des sondages, nous sommes effarés qu’à notre époque, ce dernier se dise l’héritier du mitterrandisme. Mais sait-on en France ce que veut bien dire, être un admirateur et fervent partisan de Mitterrand et de ses « œuvres » ? Les médias veulent tenter de nous faire croire également, que le temps béni de 1981, pourrait revenir en France pour un printemps socialiste, une sorte de libération politique face à une droite libérale montrée du doigt comme le mal absolu.

Triste France et pauvres français manipulés sans fin, depuis déjà des décennies ! Il est pour le moins hallucinant aujourd’hui qu’une personnalité politique aussi en vue et briguant le poste de Président de la République, se targue du mitterrandisme et des relents putrides de la France de Vichy. Car c’est bien ainsi que les choses doivent s’appeler… Dans notre pays de France, l’histoire a subi une profonde réécriture révisionniste, mensongère, abjecte. Il est de notoriété publique qu’en France, les socialistes sont réputés se classer parmi les gens sensibles, attachés aux Droit de l’Homme, politiquement correct, attentionné à défendre des causes sociales justes et nobles.

Mais comme, Eric Zemmour, l’a démontré d’une manière magistrale, l’histoire du Parti Socialiste est entachée d’une terrible vérité, qui fut incarnée par des hommes aussi manipulateurs et machiavéliques que, nous osons le dire, l’infâme François Mitterrand. Nulle personnalité politique n’a fait autant de mal à la France que  ce sinistre sire, dont Monsieur Hollande aujourd’hui, et avec lui beaucoup d’autres socialistes se réclament. Les français, il est vrai, baignent dans une ignorance qui a été soigneusement entretenue et dans ce qui aujourd’hui encore est en passe de devenir un véritable tabou national.

Car Mitterrand, il faut le répéter encore, c’est l’homme de la collaboration, décoré de la Francisque, l’homme qui en 1935, se trouvait dans une manifestation raciste dénommée « Les métèques hors de France » et qui fut pris en photo ce jour-là sous cette terrible banderole. Il existe également un film qui ne laisse aucun doute sur la vraie face de Monsieur Mitterrand. Il fut également l’ami sans faille, du terrible René Bousquet, Chef de toute la Police Française sous Vichy, responsable de la Rafle du Vel d’Hiv’ et de la déportation de dizaines de milliers de Juifs, et de résistants de tous les bords. Là encore des témoignages accablants existent, Mitterrand ayant d’ailleurs jusqu’au bout et jusqu’à la fin, protégé discrètement son ami Bousquet, le présentant même comme une sorte de conseiller.

Jusqu’ici vous me direz, que ces choses ne sont pas tellement nouvelles, même si les médias les ont habilement écartés lors des moments opportuns. La triste vérité est que la collaboration fut l’affaire, la grande affaire du Parti Socialiste Français, ce qui lui a valu ; et les français l’ont oublié ; de descendre aux oubliettes de l’histoire de l’après-guerre jusqu’en 1981. Et comment aurait-il pu en être autrement : Pierre Laval également de sinistre mémoire, était membre du Parti Socialiste, Marcel Déat membre du Parti Socialiste, Jacques Doriot également socialiste et membre du Parti Communiste Français, René Bousquet Radical Socialiste, Maurice Papon Radical Socialiste, Paul Rassinier le père du Révisionnisme fut Communiste puis Socialiste, la liste comme le signale Eric Zemmour se compose ainsi de centaines, de milliers de personnalités de la collaboration dont François Mitterrand ne fut qu’un triste exemple parmi des milliers d’autres. La vérité est que les nationalistes et les cagoulards, furent nombreux à Londres avec le Général de Gaulle, et bien moins nombreux dans les rangs vichystes de Pétain et de Laval.

Cette triste vérité en France est totalement ignorée ou presque, car elle dessert l’un des partis les plus puissants de France. Si le Parti Communiste, le parti des fusillés a racheté sa faute de la collaboration avec l’Allemagne Nazie de 1941 à 1945, ce ne fut pas du tout le cas du Parti Socialiste. Electoralement, ce fait historique a tout de même plongé ce parti dans les limbes durant près de 40 ans, aujourd’hui la Gauche Caviar a su gommer les vérités, mais celle-ci ne peut rester ignorée des français, savent-ils que Robert Jospin, le père de Lionel, fut l’un des pires collaborateurs vichystes, ami de Marcel Déat, soutien inconditionnel du révisionniste Rassinier ? Lionel Jospin, nous le savons fut lui aussi un grand mitterrandiste… et son père était également socialiste. Quelle étrangeté de continuité, lorsque nous pensons que Monsieur Jospin fils fut présidentiable en 1995 et 2002…

Quant à Monsieur Hollande, il n’est pas non plus épargné, bien que son père ne fut pas une personnalité de la collaboration et ne puisse être taxé d’avoir était un sympathisant socialiste puisqu’il fut un candidat de l’extrême droite dans les années 60, et soutien de l’OAS. A cet éclairage nous découvrons donc la triste réalité du Parti Socialiste et de ce que signifie se déclarer mitterrandiste ! Rappelons, que la montée du Front National s’est effectué à la grande joie de Mitterrand et des socialistes, depuis l’arrivée de Mitterrand au pouvoir jusqu’au choc électoral sans précédent de 2002. A jouer avec le feu, on finit par s’y brûler.

C’est pourquoi, chaque français mesurera avec bon sens, que Monsieur Hollande même en tête des sondages, devrait mesurer ses références, car les Jean Jaurès et les Georges Clemenceau sont loin, bien loin. La moindre des choses pour le devoir de mémoires, et la justice du sang versé par tant de français et d’hommes dans le Monde, serait que Monsieur Hollande Chef du Parti Socialiste, ou ceux qui le suivront, fassent amende honorable publique, le pèlerinage à Jarnac sur la tombe du Président Mitterrand est un pèlerinage empreint de honte, les français vivront-ils toujours assis sur des mensonges ? Le sang de Monsieur Bérégovoy, les magouilles socialistes du faux attentat de l’Observatoire, jusqu’aux scandales à répétition du PS, en passant par Monsieur Fabius et le sang contaminé, le scandale de la MSA, les frasques répugnants de Monsieur Dominique Strauss-Kahn  ne suffisent-ils pas, en faudra-t-il encore pour que les français prennent la mesure des tromperies incroyables dont ils sont les jouets, pour cette fois, à Gauche, mais aussi tellement souvent également à Droite ?

 

L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала