Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La stratégie de Napoléon n’a pas fonctionné en Russie

© Photo: RIA NovostiLa stratégie de Napoléon n’a pas fonctionné en Russie
La stratégie de Napoléon n’a pas fonctionné en Russie - Sputnik France
S'abonner
« Un temps inoubliable ! Le temps de la gloire et de la joie ! En entendant le mot « Patrie » le cœur russe battait si fort ! ». Ces lignes du grand poète russe Alexandre Pouchkine sont devenues l'épigraphe à l’ouverture de l’exposition historique, qui s’est ouverte à Moscou le 20 avril et accueillera les visiteurs jusqu'au 13 mai.
En tout 11 musées, associations artistiques et collectionneurs privés ont pris part à cette exposition consacrée au 200ème anniversaire de la victoire de la Russie dans la guerre avec la France napoléonienne.


Des drapeaux, des bannières, des armes, des uniformes militaires, des médailles, et les tableaux célèbres des scènes de bataille guident le visiteur le long de l’histoire de la Guerre entre Moscou et Paris 1812-1815. L'exposition réunit des portraits de tous les personnages historiques de l'époque. Il s’agit de Barclay de Tolly, le premier commandant de l'armée russe, du commandant prince Bagration, mortellement blessé à la bataille de Borodino, le combat décisif de Napoléon pour la conquête de Moscou. On peut également y voir le feld-maréchal Koutouzov, qui a vaincu Napoléon et chassé ses troupes de Russie. Et bien sûr, les deux empereurs – le vainqueur de l’Europe Napoléon et le tsar russe Alexandre Ier, qui a libéré le continent.

L'exposition comprend également des cartes et des gravures anciennes, d’après lesquelles ont peut imaginer comment se sont déroulés les combats en Russie. Napoléon espérait remporter la victoire rapidement. L'armée française comptait près de 600 000 soldats, alors que la Russie – à peine 180 000, et les Russes avaient beaucoup moins de victoires sur leur compte. Et puis Napoléon a élaboré une véritable stratégie militaire en Europe qu’il imposait à son ennemi. Il remportait une bataille décisive, et le pays capitulait, se transformant en son allié.

Napoléon attendait la bataille en Russie pendant près de trois mois. L'armée russe reculait lentement, avec beaucoup de combats. Cette bataille a eu lieu près du village de Borodino, à une centaine de kilomètres à l'Ouest de Moscou.

« C’était une bataille, dont Napoléon se souviendra toute sa vie », commente ce combat sanglant le membre des descendants des participants de la bataille de Borodino, l’écrivain Guennadi Gotovtsev. « Lorsqu’il se trouvait en exil sur l'île de Sainte-Hélène, il a reconnue que les Français étaient peut-être dignes de la victoire, mais les Russes ont réussi à obtenir une réputation d’invincibles. Il y avait même une légende : lorsque des soldats de l’armée ennemie arrivaient dans le camp de Napoléon et ils portaient une croix de Saint-Georges, il leur demandait toujours pourquoi on leur a décerné cette récompense.  Et lorsqu’ils répondaient que c’est pour la bataille de Borodino, Napoléon laissait partir ces prisonniers. Et les Français disaient tous qu’ils sont les vainqueurs, car ils sont entrés à Moscou ».

Mais les troupes françaises ont été obligées de quitter la capitale russe rapidement et avec honte. Selon l'historien Andreï Bourovski, « la campagne russe ne s’est pas passée comme Napoléon l’a prévu ».

« Napoléon avait une vision très claire de la guerre avec la Russie et un plan était élaboré en détail avant cette campagne. C’était vraiment une surprise pour lui de voir les troupes françaises avancer beaucoup plus lentement qu’il le prévoyait. Et en entrant à Moscou, il n'a rien reçu. C’était un fiasco complet, car dans toutes les villes européennes qu’il a vaincues, il y avait un petit groupe de gens qui lui apportait des clés de la ville. Et là, il est entré dans une ville complètement désertée. Personne ne s’y attendait ».

Non seulement Napoléon a attendu qu’on lui remette les clés de la ville, mais il était également obligé de conclure la paix. L'armée française a été forcée de quitter Moscou – on disait que les soldats auraient même mangé tous les corbeaux - et ils sont partis vers le Sud, ayant miné le Kremlin et le couvent Novodevitchi. Mais cette fois à nouveau, les Forces du Ciel ont sauvé Moscou. Une forte pluie s’est abattue sur la ville éteignant toutes les mèches allumées par l’armée française.

C’est symbolique que l’exposition est organisée au Manège – la salle d’exposition principale de la capitale, qui se trouve à côté des murs du Kremlin. Ce bâtiment a été construit pour le cinquième anniversaire de la victoire sur les Français en 1817.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала