Pressions sur le Guardian: Moscou dénonce le double standard de Londres

Les pressions exercées par les autorités britanniques sur le Guardian suite à la publication de documents transmis par l'ex-agent du renseignement américain Edward Snowden témoignent du double standard employé par Londres, a déclaré le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch.

Les pressions exercées par les autorités britanniques sur le Guardian suite à la publication de documents transmis par l'ex-agent du renseignement américain Edward Snowden témoignent du double standard employé par Londres, a déclaré mercredi le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch.

"A notre avis, les mesures prises par les autorités britanniques à l'égard du quotidien The Guardian ne correspondent pas aux déclarations de la Grande-Bretagne sur son attachement aux normes universelles en matière de droits de l'homme, y compris de liberté des médias, de droits des journalistes et de protection de la vie humaine. Cela illustre aussi le deux poids deux mesures employé par Londres dans le domaine des droits de l'homme", a indiqué M.Loukachevitch dans un communiqué.

Le rédacteur en chef du Guardian Alan Rusbridger a indiqué mardi avoir reçu un coup de téléphone d'un "haut responsable gouvernemental affirmant représenter la position du premier ministre" et exigeant qu'il remette aux autorités ou détruise l'ensemble des dossiers mis à la disposition du journal par Edward Snowden. L'interlocuteur a menacé d'engager une procédure judiciaire si M.Rusbridger refusait d'obtempérer.

Edward Snowden a révélé début juin à la presse l'existence d'un programme informatique secret baptisé PRISM, permettant à Washington de surveiller des échanges par mail, messageries instantanées, téléphone et réseaux sociaux des utilisateurs aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала