Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Baltique : contamination de l'eau par les armes chimiques immergées

© © Photo : mat. MW/trojmiasto.plBaltique : contamination de l'eau par les armes chimiques immergées
Baltique : contamination de l'eau par les armes chimiques immergées - Sputnik France
S'abonner
Les armes chimiques immergées après la Seconde Guerre mondiale dans la mer Baltique provoquent des mutations génétiques chez les poissons, affirment des chercheurs polonais. Ils précisent que des milliers de bombes et d’obus, gisant au fond de la mer, contiennent environ 15 000 tonnes de substances chimiques dangereuses. Les spécialistes hésitent : doit-on organiser la remontée des munitions noyées ou bien vaut-il mieux ne pas y toucher ?

Il y a 15 ou 20 ans, après expertise, les spécialistes d’Allemagne et du Danemark ont constaté pour la première fois des mutations génétiques chez les poissons dans les lieux d’ensevelissement des armes chimiques. Récemment, des chercheurs polonais ont effectué de nouvelles études. Un commentaire de l’écologiste Alexeï Iablokov, consultant à l’Académie russe des sciences :

« Le problème est que ces armes chimiques ont été noyées de deux façons. Les alliés faisaient sombrer des péniches entières avec des obus dans plusieurs endroits de la partie occidentale de la mer Baltique, notamment dans les détroits. L’union Soviétique a noyé environ 50 000 tonnes d’armes chimiques allemandes, en procédant simplement : les marins jetaient les bombes par-dessus bord du navire en marche. Cela veut dire que sur de vastes territoires, des munitions chimiques sont éparpillées et rouillent. On ne sait pas ce qu’il faut en faire. »

Les spécialistes se divisent sur ce point. Il y a eu plusieurs expéditions à Kaliningrad, et des conférences scientifiques se sont déroulées à Saint-Pétersbourg. Les bombes parsemant le fond de la mer ont été recouvertes d’une couche épaisse de limon, et les remonter à la surface peut être très dangereux, remarque l’expert.

Certains spécialistes contestent la quantité des armes chimiques. Sans doute, 15 000 tonnes, c’est le poids des obus et non des substances toxiques qu’ils contiennent, estime Viktor Mourakhovski, membre du Conseil d’experts auprès du président de la Commission de l’industrie de guerre :

« Néanmoins, plusieurs milliers de tonnes se trouvent dans ces munitions. Le danger existe et il tient au fait que les corps métalliques d’obus et de bombes sont sujets à la corrosion, surtout dans l’eau salée de la mer. La possibilité d’une fuite existe. Il y a aussi le problème technologique lié à une éventuelle destruction de ces armes. »

De l’avis de l’expert, dans nombre de cas, il sera sûr et moins coûteux de les enfouir sur place, dans le fond. Par exemple, les recouvrir de béton ou d’une mousse spéciale excluant la contamination des eaux par ces substances toxiques. Tous les Etats riverains de la Baltique doivent s’engager dans la solution du problème des armes chimiques gisant au fond. La Russie a un rôle important à jouer, car elle seule possède des données concernant les endroits où l’URSS noyait une partie de ces armes chimiques.   /N

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала