Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Sanctions contre les entreprises russes: la stabilité mondiale menacée (experts)

S'abonner
Les sanctions contre le secteur banquier et les entreprises russes menacent la stabiilté économique mondiale et sont avant tout dangereuses pour nombre de pays européens qui reçoivent leurs revenus principaux grâce aux clients et aux entrepreneurs russes, estiment les experts russes.

Les sanctions contre le secteur banquier et les entreprises russes menacent la stabiilté économique mondiale et sont avant tout dangereuses pour nombre de pays européens qui reçoivent leurs revenus principaux grâce aux clients et aux entrepreneurs russes, estiment les experts russes.

Les Etats-Unis ont décidé lundi d'adopter des sanctions contre certains hauts fonctionnaires russes, et les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont convenu d'adopter des mesures visant des personnalités russes et ukrainiennes qu'ils considèrent responsables d'atteinte à l'intégrité territoriale de l'Ukraine. 20 hauts fonctionnaires, hommes d'affaires et députés russes supplémentaires ont été inscrits à la liste américaine jeudi, ainsi que la banque Rossia. Les systèmes de paiement internationaux Visa et MasterCard ont cessé d'effectuer les opérations pour les clients de cette banque sans préavis.

Mise à sac des relations marchandes

Alexandre Bretchalov, président de l'association russe des moyennes et petites entreprises "Pilier de la Russie", pense que les sanctions contre la banque Rossia mettent en péril la stabilité économique mondiale. "Si nous régulons l'économie par la politique, alors ce ne sont plus des doubles-standards mais une menace à la sécurité, la stabilité politique et surtout un risque économique. J'espère qu'il s'agit d'un malentendu et que les acteurs du marché réagiront correctement à la situation, qu'ils cesseront des démarches nuisibles et reviendront au format habituel des relations marchandes et économiques", a-t-il déclaré à RIA Novosti.

Alexandre Bretchalov s’est dit surpris par les agissements des Etats-Unis, qui se présentent comme les idéologues des relations marchandes mais mettent aujourd'hui à sac leurs fondements.

Un mauvais service pour l'Europe

Seln Dmitri Birioukov, membre de la Chambre civile russe, les actions des USA sont comparables à celles d'une personne entrant avec une torche allumée dans une poudrière. "Ils ne tiennent pas compte du fait que la Russie est profondément intégrée à l'économie européenne, tout en était autosuffisante. Ils essaient de nous effrayer avec l'Irak, l'Iran et d'autres pays émergents. Je pense que cela n'aura aucun impact sur le secteur bancaire. La poursuite de l'escalade des relations nuirait aux pays occidentaux", pense Dmitri Birioukov.

"Quand on regarde les pays qui parlent le plus des sanctions, tels que la Pologne ou la Lettonie, ils oublient qu'ils reçoivent davantage d'argent de la part des clients russes qu'européens... Aujourd'hui, l'Europe ressemble à une ancienne mine navale dont on ignore quels processus se passent à l'intérieur, mais qui peut encore exploser. La situation avec la Grèce ou avec l'Espagne n'a pas été réglée, on ignore quelle étincelle mettra le feu à ces foins", fait-il remarquer.

Sergueï Katyrine, président de la Chambre de Commerce et d'Industrie russe, a également ajouté que les sanctions toucheraient avant tout les pays européens car cette destination est très populaire auprès des touristes russes, qui se demandent aujourd'hui où ils partiront en vacances cet été. "Je pene que ceux qui travaillent dans le secteur touristique en tireront des conclusions. Les Américains n'ont pas causé beaucoup de tort à eux-mêmes car le flux touristique entre la Russie et les USA est faible, en revanche c'est un grand coup pour les Européens", a-t-il déclaré à RIA Novosti.

Sergueï Katyrine a ajouté qu'il n'avait pas réussi aujourd'hui à utiliser à l'étranger sa carte bancaire Rossia et s'est retrouvé dans une situation désagréable. Cependant, la banque trouvera un moyen pour utiliser d'autres modes de paiement. "Que faire pour les clients ? Je pense que la banque s'occupe actuellement de la situation et donnera des explications aux clients... Du moins, personne ne perdra son argent, c'est garanti", a souligné Sergueï Katyrine.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала