Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Netanyahou interdit aux ministres de contacter leurs homologues palestiniens

S'abonner
Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a interdit à ses ministres de rencontrer leurs homologues palestiniens sur fond de crise dans les négociations de paix entre Palestiniens et Israéliens, sous médiation américaine, qui sont au point mort.

Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a interdit mercredi à ses ministres de rencontrer leurs homologues palestiniens sur fond de crise dans les négociations de paix entre Palestiniens et Israéliens, sous médiation américaine, qui sont au point mort.

"En réponse aux violations palestiniennes des promesses faites dans le cadre des négociations de paix, les ministres israéliens ont reçu la consigne de limiter les contacts avec leurs homologues palestiniens", a annoncé à RIA Novosti une source au sein du gouvernement israélien.

Selon l'interlocuteur de l'agence, cette consigne ne s'applique cependant pas aux questions de sécurité et de diplomatie ni au chef de la délégation de négociateurs aux négociations de paix.

Le gouvernement israélien a refusé de libérer le 29 mars, comme prévu, un quatrième et dernier contingent de prisonniers palestiniens. Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a réagi en signant le 1er avril les demandes d'adhésion de la Palestine à 15 conventions et traités internationaux. L'Etat hébreu a qualifié cette démarche de violation des engagements pris par les Palestiniens dans le cadre d'un accord, conclu sous l'égide du chef de la diplomatie américaine John Kerry et ayant permis en juillet dernier la reprise des négociations de paix.

En vertu de l'accord en question, la partie palestinienne a suspendu jusqu'à la fin des négociations, fixée au 29 avril, toutes les démarches d'adhésion aux organisations et conventions internationales, y compris les juridictions susceptibles de poursuivre Israël.

En novembre 2012, la Palestine a obtenu le statut d'Etat observateur aux Nations unies. En contrepartie, Israël s'engageait à libérer en quatre phases 104 prisonniers incarcérés avant les accords d'Oslo de 1993, dont les trois premiers groupes ont été relâchés.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала