Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Fin 2014 la Russie aura actualisé sa doctrine militaire (Conseil de sécurité russe)

© © Photo : RIA Novosti/Vladislav BelogrudFin 2014 la Russie aura actualisé sa doctrine militaire (Conseil de sécurité russe)
Fin 2014 la Russie aura actualisé sa doctrine militaire (Conseil de sécurité russe) - Sputnik France
S'abonner
A la fin de l'année, la Russie aura une doctrine militaire actualisée. Un groupe de travail interministériel a été déjà formé à cette fin auprès du Conseil de sécurité de Russie. Le groupe doit préparer des propositions sur des amendements à apporter au nouveau document programmatique.

Il va de soi qu'il reflètera les nouvelles tendances du développement de la situation militaro-politique dans le monde, intervenues au cours de ces dernières années. Il s'agit notamment du programme ABM, du rapprochement de l'infrastructure de l'OTAN vers les frontières de la Russie et, bien sûr, de la situation en Ukraine et dans ses environs.

Le secrétaire adjoint du Conseil de sécurité de Russie Mikhaïl Popov a raconté quels autres problèmes et tendances seraient reflétés dans la doctrine militaire.

A quoi tient la nécessité de mettre à jour la doctrine militaire de la Fédération de Russie ?

Mikhaïl Popov : Au premier chef, cela tient à l'apparition de nouveaux dangers militaires et de nouvelles menaces militaires à la Russie suite aux événements du printemps arabe, au conflit armé en Syrie et à la situation en Ukraine et autour de l'Ukraine.

Pouvez-vous préciser quelles sont ces menaces à la Russie ?

Mikhaïl Popov : Outre les procédés classiques d'utilisation des forces armées, les principales puissances mondiales recourent désormais dans la lutte pour leurs intérêts à des « actions indirectes » et plus particulièrement à des organisations extrémistes et radicales, à des sociétés militaires privées, ainsi qu'au potentiel de protestation de la population. Une importance particulière est accordée aux activités médiatiques.

La volonté des Etats-Unis et des pays membres de l'OTAN d'accroître leur potentiel stratégique offensif par le biais du développement du système ABM global, de la mise au point de moyens de lutte armée radicalement nouveaux, armes hypersoniques comprises, devient plus évidente.

Comment l'élargissement de l'OTAN à l'Est, le problème de l'ABM et la mise en valeur de l'Arctique seront-ils reflétés dans le nouveau document ?

Mikhaïl Popov : Je ne doute pas que le rapprochement de l'OTAN vers les frontières de notre pays, notamment par le biais de l'élargissement du bloc, conservera sa place en tant qu’une des principales menaces militaires extérieures à la Russie. En 2010 cette clause de la doctrine militaire a provoqué une réaction particulièrement violente des Etats-Unis et des pays de l'OTAN. Les dirigeants de notre pays ont été accusés d'avoir une mentalité d'antan et les déclarations ont été faites d'après lesquelles l'OTAN n'était pas un ennemi de la Russie. On nous assurait de bonnes intentions, mais les actions de ces dernières années témoignent de tout autre chose. Nous ne sommes pas parvenus à établir un dialogue égal en droits avec nos partenaires. Des concessions unilatérales sont toujours attendues de la part de la Russie sur nombre de questions de relations internationales.

Le rôle et la place de la Russie dans les événements ukrainiens sont définis sans aucune objectivité, et par conséquent, des conclusions incorrectes sont déduites et des mesures non adéquates sont adoptées. Une campagne d'information et de propagande sans précédent a été déclenchée contre la Russie. L'image de l'ennemi personnifié qu’est la Russie est formée à dessein et sa ligne politique est considérée comme une nouvelle menace à l'OTAN.

Le sommet de l'OTAN en Grande-Bretagne des 4 et 5 septembre se propose d'examiner les questions relatives au renforcement de la capacité d'action des forces militaires alliées. Les Etats-Unis ont la sérieuse intention de renforcer leurs troupes dans les pays baltes. Le transfert sur le territoire d'Estonie d’armes lourdes et de matériel de guerre, chars et véhicules blindés compris, est déjà planifié. Tout cela dans la proximité immédiate des frontières de la Russie. De cette façon, l'ensemble des faits témoigne de la volonté des dirigeants des Etats-Unis et de l'OTAN de poursuivre la politique d'aggravation des relations avec la Russie.

Nous estimons pour notre part que dans nos relations avec l'OTAN, la limite à ne pas franchir pour la Russie reste relative aux projets visant à rapprocher l'infrastructure militaire de l'alliance vers nos frontières, notamment par le biais de l'élargissement du bloc.

La clause sur la création et le déploiement des systèmes ABM et le transfert d’armes dans l'espace conservera son importance dans le nouveau document en tant qu'un des principaux dangers militaires extérieurs pour la Russie.

Pour ce qui est de l'Arctique, les intérêts nationaux fondamentaux de la Russie dans cette région résident dans l'utilisation de la zone arctique russe en qualité de base de ressources capable dans une grande mesure d'assurer les besoins de la Russie en hydrocarbures, en ressources biologiques marines et en d'autres matières premières stratégiques nécessaires pour atteindre les objectifs de développement socio-économique, ce qui demande d'assurer un essor stable de la zone arctique de la Russie. Il faut cependant noter que nous sommes ouverts à la coopération en Arctique.

Quelles nouvelles missions seront assignées à la Flotte de la mer Noire et au groupe armé dans son ensemble dans le contexte du rattachement de la Crimée à la Russie ?

Mikhaïl Popov :La nouvelle situation dans la zone de la frontière russo-ukrainienne demande une analyse minutieuse et la prise en considération de tous les détails des circonstances afférentes. Les missions de la Flotte de la mer Noire et du groupe militaire sur la péninsule restent inchangées : assurer la sécurité de l'Etat dans leur zone de responsabilité. La Crimée est aujourd'hui le territoire de la Russie et une agression armée contre la Crimée sera considérée comme une agression contre la Russie, avec toutes les conséquences qui en découlent. .N

 

RIA Novosti

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала