Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les chercheurs russes ont mis au point un médicament pour lutter contre le mélanome

© © Photo: Flickr.com/Ed Uthman/cc-byLes chercheurs russes ont mis au point un médicament pour lutter contre le mélanome
Les chercheurs russes ont mis au point un médicament pour lutter contre le mélanome - Sputnik France
S'abonner
Les chercheurs de la société saint-pétersbourgeoise BIOKAD viennent de mettre au point un nouveau médicament pour lutter contre le cancer de la peau.

Le médicament s’appelle BCD-100, et il devrait effectuer une percée dans le traitement de ce type de cancer, car il stimule la destruction des cellules tumorales du patient, sans endommager les tissus qui sont en bonne santé. Selon les experts, le médicament va augmenter considérablement la durée de vie des patients atteints de mélanome métastatique.

Le mélanome c’est une forme de cancer parmi les plus dangereuses. Seulement 4% de malades sont atteints de mélanome, alors que le taux de mortalité atteint 80%. Si le malade est en phase terminale, les médecins ne lui donnent pas plus de six mois. Mais même dans cet état, le médicament élaboré par la société pharmaceutique BIOKAD peut aider le patient à lutter contre la maladie. Le médicament débloque le système immunitaire du patient, qui commence à lutter lui-même contre la tumeur.

« La tumeur est un corps étranger pour le système immunitaire, tout comme les virus et les bactéries »,explique Roman Ivanov, le vice-président de la société BIOKAD. « Généralement les cellules tumorales sont reconnues et détruites par le système immunitaire de l'organisme. Mais dans un certain nombre de cas, elles trouvent un moyen d'échapper à ce contrôle et le cancer se développe. Les cellules cancéreuses commencent alors à interagir avec la protéine PD-1, qui désactive le système immunitaire humain. Si la protéine est bloquée, elle cesse d’être invisible pour le système immunitaire. Le système immunitaire se réveille, ce qui conduit à une rémission très longue chez les patients ».

Selon les chercheurs, les produits chimiques ne peuvent pas lutter contre la maladie. Seuls 10% des malades peuvent être soignés de cette manière. Cependant si la protéine PD-1 est bloquée, cela bloque la progression de la tumeur chez 40% des patients.

« Cette thérapie a de l’avenir, car la tumeur provoque rapidement une résistance à tous les médicaments. La tumeur augmente, mute et développe ses mécanismes «protecteurs» contre les médicaments », poursuit Roman Ivanov. « En même temps le système immunitaire évolue en parallèle avec la tumeur. Le système immunitaire – c’est la meilleure arme dans la lutte contre les cellules cancéreuses ».

La société pharmaceutique américaine Merck a enregistré en septembre 2014 un médicament qui se base sur le même principe. Cependant, le médicament russe possède une série d’avantage sur le médicament américain. Les anticorps, extraits de l’organisme d’animaux, en agissant sur le système immunitaire du patient peuvent provoquer l’allergie. Car ces anticorps sont étrangers à l’homme. La formule russe est basée sur l’utilisation des molécules qui viennent des lymphocytes humains, c’est pourquoi elle ne donne aucun effet secondaire.

En 2015, les créateurs de BCD-100 entameront des tests précliniques. Il faudra attendre trois ans avant que ce médicament se retrouve sur le marché.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала