Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Des bâtiments de l'Otan de retour en mer Noire (source)

S'abonner
Des bâtiments de l'Otan sont de retour dans les eaux de la mer Noire, a annoncé à RIA Novosti une source militaro-diplomatique, ajoutant que le navire de commandement USS Mount Whitney et le destroyer USS Cole s'y trouvaient déjà depuis dimanche.

Des bâtiments de l'Otan sont de retour dans les eaux de la mer Noire, a annoncé lundi à RIA Novosti une source militaro-diplomatique, ajoutant que le navire de commandement USS Mount Whitney et le destroyer USS Cole s'y trouvaient déjà depuis dimanche.

"Le navire collecteur de renseignements d'origine électronique de la Marine française Dupuy-de-Lôme rejoindra les bâtiments américains le 17 octobre", a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

Selon lui, il est étonnant que malgré le cessez-le-feu en vigueur dans le sud-est de l'Ukraine et le retrait des troupes russes de la région de Rostov après des exercices, l'Otan ne réduise toujours pas sa présence en mer Noire.

"Il y a lieu de supposer que sous couvert de soutien politique à Kiev, l'Alliance étudie la mer Noire, ses profondeurs, son hydrologie", a estimé la source.

Les navires des pays non riverains de la mer Noire peuvent passer 21 jours consécutifs dans cette mer aux termes de la Convention de Montreux de 1936. La Convention, qui porte sur la navigation dans les détroits des Dardanelles et du Bosphore, ainsi que dans la mer Noire, limite également le tonnage total des navires des pays non riverains présents dans la mer Noire à 30.000 tonnes. La frégate américaine USS Taylor a violé la Convention de Montreux au printemps dernier, dépassant de 11 jours la durée maximale de présence en mer Noire.

Les experts russes qualifient de "guerre des nerfs" les séjours de navires de l'Alliance en mer Noire. Selon le président du Mouvement russe pour le soutien de la flotte, Mikhaïl Nenachev, la présence de navires de l'Otan dans la région est un moyen d'exercer des pressions agressives sur la Russie.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала