L ’espace ne se laisse explorer que par les efforts conjugues

© © Photo: REUTERS/Matthew Travis/Zero-G NewsL ’espace ne se laisse explorer que par les efforts conjugues
L ’espace ne se laisse explorer que par les efforts conjugues - Sputnik France
L’accident du vaisseau spatial américano-ukrainien qui s’est produit le 29 octobre a confirmé une fois de plus la vérité pourtant évidente que l’espace ne se laisse explorer que par les efforts conjugués de la communauté internationale. Le lanceur Antares avec le camion de l’espace Cygnus devait approvisionner l’ISS en eau, vivres et équipements scientifiques. Roscosmos et la NASA n’en déclarent pas moins que les spationautes ne manqueront de rien.

Le jour même, le lanceur Soyouz avec le véhicule de transport Progres-M prenait le chemin de l’espace au départ du site de Baïkonour pour s’arrimer 6 heures plus tard à l’ISS. De cette façon, la perte du vaisseau américain et du fret qu’il transportait n’aura aucun impact sur le travail de l’équipage qui ne manquera de rien.

La perte du camion de l’espace américain plaide en faveur de la nécessité de coopération dans l’espace, estime Iouri Karash, membre correspondant de l’Académie de l’espace Tsiolkovski :

Il est évident que la coopération dans l’espace est un bien pour tous ceux qui y participent. Mais, malheureusement, les États sont loin de se guider toujours sur les considérations du bien général. Ils se préoccupent surtout de leurs intérêts nationaux et ne sont pas toujours disposés à partager avec d’autres États les technologies surtout si elles sont duales.

De nombreux experts estiment que puisque la fusée Antares avait explosé pratiquement sur le pas de tir, la panne se serait produite au niveau des moteurs du premier étage construits en Ukraine à l’usine Youjmash sur les plans soviétiques des années 1970. L’historien de l’aviation Nikolaï Iakoubovitch attire l’attention sur la possibilité des erreurs commises par les Ukrainiens du fait du manque de financement et de la crise généralisée :

C’est le cas si les gens ne sont pas payés et ne songent qu’à survivre. Certes, il peut y avoir des erreurs techniques et de conception mais il s’agit des fusées fabriquées depuis longtemps à la chaîne et qui n’ont rien d’innovant. Par conséquent, tout se ramène finalement à l’économie, aux erreurs humaines et au stress.

La NASA avait bloqué début avril la coopération avec la Russie mais à une exception près : le travail à bord de l’ISS. Cela va de soi puisque, à défaut de coopération avec la Russie, elle serait tout juste bonne à ête envoyée à la casse. Il y a 3 ans, les États-Unis ont envoyé au musée leurs dernières navettes spatiales et les spationautes n’utilisent désormais que les Soyouz russes pour gagner la station.

Les États-Unis, l’UE, la Russie, le Canada et le Japon coopèrent depuis longtemps dans l’espace et les spationautes occidentaux et russes s’entendent bien à bord de l’ISS.

Les problèmes ne viennent que des politiques. En effet, les sanctions imposées par les États-Unis et l’UE ainsi que les interdictions de coopérer avec la Russie dans le domaine de l’espace décrétées par les autorités ukrainiennes, auront un impact négatif sur les projets d’exploration de l’Univers, disent les experts.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала