Japon: analyses obligatoires en cas de suspicion d'Ebola

Une loi autorisant à soumettre à des analyses de sang obligatoires les personnes soupçonnées d'être infectées par le virus Ebola ou de nouvelles formes de grippe aviaire a été adoptée vendredi au Japon par la chambre basse du parlement, rapporte l'agence Kyodo.

Une loi autorisant à soumettre à des analyses de sang obligatoires les personnes soupçonnées d'être infectées par le virus Ebola ou de nouvelles formes de grippe aviaire a été adoptée vendredi au Japon par la chambre basse du parlement, rapporte l'agence Kyodo.

La loi autorise à mener des tests sur les personnes susceptibles d'être infectées par des maladies dangereuses telles qu'Ebola, la peste, la tuberculose, la grippe aviaire, mais refusant de se soumettre à des analyses de sang.

Dans certains cas, la loi prévoit une hospitalisation sans consentement du patient. La loi entrera en vigueur le 1er avril 2016, indique l'agence.

Le Japon a déjà adopté des mesures renforcées afin de ne pas laisser le virus Ebola se propager sur son territoire: outre une détection automatique de température dans les 30 aéroports du pays, les passagers se voient demander s'ils ont visité des pays d'Afrique de l'ouest durant les 21 jours précédant leur arrivée au Japon.

Depuis fin octobre, trois personnes suspectées d'être infectées par Ebola ont été hospitalisées au Japon, sans que le pronostic ne se soit vérifié.

En novembre, le Japon a débloqué 100 millions de dollars supplémentaires afin d'aider les organisations luttant contre Ebola.

La fièvre hémorragique à virus Ebola est une maladie à fort taux de mortalité contre lequel il n'existe aucun médicament. Selon le bilan dressé par l'OMS le 9 novembre dernier, l'épidémie d'Ebola a fait 5.160 morts sur 14.198 personnes contaminées en Afrique de l'Ouest.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала