Le SNLE Vladimir Monomakh entré en service dans la marine russe

© © Photo: "ЦКБ МТ "Рубин"Le SNLE Vladimir Monomakh entré en service dans la marine russe
Le SNLE Vladimir Monomakh entré en service dans la marine russe - Sputnik France
Le croiseur sous-marin de quatrième génération Vladimir Monomakh a été livré à la marine russe. Il a subi tous les tests, un tir d'essai du missile balistique intercontinental Boulava compris.

C'est le troisième sous-marin du projet 955 Boreï.

Le bâtiment est plus silencieux que ses prédécesseurs et il est équipé d'un meilleur sonar destiné à détecter des navires ennemis. Il est notoire que plus de bruit produit un sous-marin, plus vite il sera détecté et attaqué. Tous les défauts propres aux sous-marins de générations précédentes, notamment à la classe Kalmar, ont été éliminés sur les SNLE de classe Boreï. Il s'agit plus particulièrement des bruits à basse fréquence qui permettent de détecter le sous-marin à une grande distance. Ils sont actuellement réduits au minimum ce qui exclut la possibilité de détection des sous-marins de cette classe par les systèmes d'antennes SURTASS installés sur les sous-marins nucléaires américains, relève le président de l'Académie des problèmes géopolitiques Konstantin Sivkov :

« Grâce à une meilleure forme des hélices et au système en cascade d'absorption des bruits, les bruits à haute fréquence ont été eux aussi diminués radicalement. D'où les capacités égales des Boreï dans le face-à-face avec les sous-marins américains. Le sous-marin de classe Boreï peut avoir même un certain avantage par rapport au sous-marin d'attaque américain de classe Los Angeles ».

Le SNLE de nouvelle génération est doté d'un complexe hydro-acoustique plus perfectionné. Cela permet de détecter des sous-marins beaucoup plus silencieux qu'auparavant. C'est pourquoi le sous-marin de classe Boreï est en mesure de sortir gagnant dans le duel avec les sous-marins américains de classe Los Angeles. Dans le même temps l'expert estime que les nouveaux sous-marins américains de classe Virginia prendront le dessus dans ce duel. Cependant il faut comprendre qu'aucun sous-marin lanceur d'engins, ni russe, ni américain, n'opère d'une façon autonome sans être protégé par des forces anti-sous-marines. C'est pourquoi l'apparition des SNLE de classe Boreï permettra d'accroître sensiblement la stabilité de combat de la composante navale des forces nucléaires stratégiques de Russie.

Le plus récent sous-marin nucléaire américain de classe Virginia, l'USS Mississippi, mis en exploitation en 2012 possède un plus grand potentiel de lutte contre les sous-marins que la classe Boreï. Parce qu'il est un sous-marin polyvalent adapté à des missions anti-sous-marines tandis que les Boreï sont orientés sur les frappes nucléaires contre le territoire ennemi. Les sous-marins de classe Boreï embarquent 16 missiles balistiques intercontinentaux à propergol solide R30 Boulava d'une portée de plus de 8 000 kilomètres et dotés de 10 ogives suivant chacune sa trajectoire. La charge utile du missile est de 1 150 kg. L'avantage du Boulava est dans l'utilisation du propergol solide ce qui diminue le danger d'explosion ou d'incendie au cours de l'exploitation. L'expert note que

« un autre avantage est une courte phase de propulsion. A en juger d'après les données ouvertes, elle est de l'ordre de 80 secondes. C'est un bon indice. Ainsi les possibilités de destruction du Boulava en phase de propulsion sont très faibles ».

Le missile balistique de génération nouvelle possède un potentiel plus grand pour surmonter la défense antimissile, ce qui est, selon Konstantin Sivkov, un facteur de poids :

« Un système ABM américain efficace contre les missiles balistiques de nos sous-marins et de nos forces terrestres n'existe pas à l'heure actuelle. Tout porte à croire qu'à court et à moyen terme les composantes aériennes et terrestres ne seront pas en état de détruire les missiles russes en phase de propulsion ».

Le déploiement d'un groupe spatial est une perspective très éloignée. Car des lasers de combat capables de détruire des missiles balistiques et leurs ogives ne seront pas utilisés encore pendant longtemps. De cette façon le système ABM américain à même d'abattre les missiles russes pourrait apparaître après 2025.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала